20 milliards d'euros pour remplacer l’Homme

5437685854_d630fceaff_b-
182
Partager :

Plus de 20 milliards d’euros d’investissements publics et privés seront consacrés au développement de l’intelligence artificielle qui bénéficiera à plusieurs secteurs tels que les soins de santé « afin d'améliorer les diagnostics et le traitement du cancer ».

La Commission européenne a présenté vendredi un plan élaboré avec les États membres qui prévoit de consacrer au moins 20 milliards d'euros d'investissements publics et privés à la recherche et l'innovation dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA) d'ici à la fin de 2020 et plus de 20 milliards d'euros par an d'investissements publics et privés au cours de la décennie suivante.

En complément des investissements nationaux, l'exécutif européen va investir 1,5 milliard d'euros d'ici à 2020 pour stimuler le développement de l'IA en Europe, soit une augmentation de 70 % par rapport à la période 2014-2017.

Selon la Commission, le plan porte également sur le renforcement de la coopération avec le Norvège et la Suisse afin de faire de "l'Europe un acteur régional de premier plan en vue du développement et du déploiement d'une IA éthique, sûre et de pointe".

« L’IA n’est pas un domaine accessoire »

Commentant ces ambitions européennes, le vice-président de la Commission européenne pour le marché unique numérique, Andrus Ansip, s'est félicité de voir les pays européens "travailler ensemble pour mettre en commun les données - la matière première de l'lA - dans des secteurs tels que les soins de santé afin d'améliorer les diagnostics et le traitement du cancer".

"Notre objectif est de dégager au moins 20 milliards d'euros d'investissements privés et publics d'ici à la fin de 2020. C'est essentiel pour la croissance et l'emploi", a-t-il ajouté, affirmant que "l'IA n'est pas un domaine accessoire, elle façonnera notre avenir".

Par ailleurs, et afin développer la technologie de l'IA, la Commission créera, conjointement avec les pays européens, des espaces de données communs dont le but est de favoriser un partage des données transfrontières fluide, tout en veillant à ce que le règlement général sur la protection des données soit pleinement respecté.

Par ailleurs, d'ici à la mi-2019, la Commission mettra en place un centre de soutien pour le partage des données qui sera chargé de fournir des conseils pratiques à l'intention de tous les acteurs européens de l'économie des données.

Pour le prochain budget à long terme de l'UE (2021-2027), la Commission européenne a proposé d'investir au moins 7 milliards d'euros au titre du programme "Horizon Europe" et du programme pour une Europe numérique.