20 millions d'enfants n'ont pas reçu les vaccins susceptibles d'éviter des maladies mortelles

5437685854_d630fceaff_b-
354
Partager :

Genève - L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) ont alerté, lundi, à Genève, sur "la dangereuse stagnation des taux de vaccination dans le monde, due aux conflits, aux inégalités et à une complaisance".

Dans leur rapport annuel sur les taux globaux de vaccination, l'OMS et l'UNICEF montrent qu'en 2018 près de 20 millions d'enfants n'ont pas reçu les vaccins susceptibles d'éviter des maladies mortelles.

"Ce qui signifie que plus d'un enfant sur 10 ne reçoit pas la totalité des vaccins dont il a besoin", a expliqué Kate O'Brien, directrice du département immunisation et vaccins à l'OMS, lors de la présentation du rapport annuel sur les vaccinations.

Pour la première fois, les statistiques annuelles de l'ONU prennent en compte le vaccin contre les papillomavirus humains (HPV), qui est utilisé avant l'entrée dans la vie sexuelle active et permet de protéger contre le cancer du col de l'utérus.

L'an dernier, 90 pays - pour la plupart des pays riches - ont intégré le HPV dans leurs programmes nationaux, ce qui signifie que le vaccin est disponible pour une fille sur trois dans le monde, selon les deux agences de l'ONU.

Malgré ces signes de progrès dans le domaine du HPV, les données concernant l'ensemble des vaccins montrent qu'il y a une "dangereuse stagnation des taux de vaccination dans le monde, due aux conflits, aux inégalités et à une complaisance", précise la même source.

Le taux de couverture mondial pour la vaccination de base contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTP) et la rougeole stagne depuis 2010, à 86%.

Ce taux reste "élevé", mais "insuffisant", selon l'ONU, inquiète face notamment à l'ampleur de l'épidémie de rougeole.

L'an dernier, 350.000 cas de rougeole ont été signalés dans le monde, soit plus du double qu'en 2017.

Les premiers chiffres concernant 2019 ne sont guère encourageants, les cas de rougeole dans le monde ayant multipliés par quatre au premier trimestre 2019 par rapport à la même période de l'an dernier, selon l'OMS.

"Les raisons de ces épidémies sont très diverses, mais la cause première est que des enfants vivent dans des communautés où le vaccin antirougeole est insuffisant et les enfants eux-mêmes individuellement non immunisés", a déclaré Mme O'Brien.

Elle a également pointé la "prolifération des fausses informations" sur ce vaccin.