Farid Belkahia n’est plus

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-farid-belkahia-

Un des premiers artistes marocains d’art contemporain n’est plus. Le peintre Farid Belkahia est décédé dans la nuit du 25 au 26 septembre à Marrakech

Devenu une référence de l’art contemporain au Maroc, on ne peut évoquer les arts plastiques dans le pays sans parler de Farid Belkahia. Tout au long de sa carrière, s’est inspiré de repères historiques, a travaillé sur les correspondances de signes graphiques et a fait référence à des symboliques universelles. Il y a joint dans beaucoup de ses œuvres, des signes amazighs pour mettre en valeur les enjeux et les questions identitaires de son pays.

Artiste précoce, Farid Belkahia a fait ses premières armes dans le métier dès l’âge de quinze ans. Il a inspiré plusieurs générations d’artistes marocains pour la création d’une œuvre indépendante. Né en 1934 à Marrakech, il y a fait sa première exposition artistique en 1953. Farid Belkahia a très rapidement pu exposer ses œuvres en dehors du Maroc, notamment à Paris, de 1954 à 1959. Il a poursuivi ses études à l’école des Beaux-arts de Paris pour revenir en 1962 au Maroc. Depuis, il a été le directeur de l’Ecole des Beaux-arts de Casablanca, jusqu’en 1974. Entre temps, il a collaboré dans la revue culturelle Souffles en 1966, aux côtés de grands artistes et écrivains, dont Mohamed Chebâa, Abdellatif Laâbi et Mohamed Melihi. En 1969, Farid Belkahia a eu sa première expérience de l’art dans la rue. Il a organisé une exposition sur la place Jamaa-al-Fna à Marrakech et a invité à l’Ecole des Beaux-arts des artistes tels que Dimitrienko, César, Lurçat. Il s’est consacré pleinement à son art en 1974 et a abordé différents matériaux dans son travail artistique : cuivre, peau, colorants naturels (henné, safran, bleu de méthylène, etc.).

Un artiste ne nourrirait pas autant son inspiration sans voyager et découvrir de nouveaux horizons. Farid Belkahia sillonné le monde, en quête de rencontre des cultures et de connaissances sur les autres civilisations. Il a voyagé au Moyen-Orient, a traversé tous les pays du Sahel, la Chine, l’Amérique Latine... Depuis, il a enchaîné durant toute sa vie les expositions au Maroc et à l’étranger. Sa dernière exposition s’est tenue à l’Atelier 21 à Casablanca, en décembre 2013. Ses œuvres laissées constitueront une continuité de son travail qu’il faudra assurer.