François Delattre : Le CS soutient l'appel de Guterres au retrait total du Polisario de Guerguarate

5437685854_d630fceaff_b-
3602
Partager :

Dans les couloirs des Nations Unies, l’ambassadeur et représentant permanent de la République Française a confié à la presse, que le Conseil de Sécurité converge vers l’idée d’appeler le Polisario à un retrait total de la zone de Guerguarate. Notre correspondante était sur place, compte rendu et audio. 

Les consultations autour de la question de la MINURSO auront lieu ce jeudi à New York. Tous les regards sont maintenant tournés vers le Conseil de Sécurité, qui doit rendre public son rapport. Dans une déclaration à la presse, l’ambassadeur et représentant permanent de la République Française, François Delattre, a confié qu’il y avait « un nouveau momentum et une nouvelle dynamique positive qui se profilent. Des actions positives ont été réalisées, ce qui nous permet de nourrir ce momentum et cette dynamique positive », faisant certainement allusion au retrait du Maroc suite à l’appel de Guterres et au retour de la MINURSO à sa pleine fonctionnalité.

« Mais il y a un problème que nous devons régler », a-t-il ajouté « c’est Guerguarate », faisant l’écho « à l’appel du Secrétaire Général à un retrait total du Polisario, pour fermer ce chapitre et avancer dans le processus politique. » Pour Delattre, « il est temps de voir de l’avant et de relancer les négociations ». Ainsi, concernant la MINURSO il faudra bien sûr s’attendre « à un renouvellement de la mission ».

Dans cette même déclaration, Delattre a confié à notre correspondante qu’il pensait que c’était aussi la position du reste du Conseil de Sécurité, assurant « que par delà les différences de sensibilités, il y a aujourd’hui une vraie dynamique et une vraie convergence autour des lignes que je viens d’esquisser, notamment sur la question de Guerguarate ».

Concernant la question d’une hypothétique extension de la mission de la MINURSO aux droits de l’Homme, Delattre a affirmé qu’il y avait « différentes manières de promouvoir les droits de l’Homme, qui sont inscrits dans notre ADN, et dans ce cas précis, il y a aussi d’autres façons de le faire ».

Pour rappel, en cas d'accord entre les Quinze, le projet de texte sera mis en bleu dans la soirée, autrement dit sous procédure de silence, pour utiliser le jargon onusien, comme il est d'usage avant la mise aux voix d'un projet de résolution. Cette procédure dure en général 24h00, le vote étant prévu pour ce jeudi 27 avril.