La fondation Esprit de Fès devient partenaire officiel de l'UNESCO

5437685854_d630fceaff_b-
899
Partager :

Le conseil exécutif de l’UNESCO a approuvé, ce lundi 16 avril, à l’unanimité la décision d’établir un partenariat officiel avec la "Fondation Esprit de Fès"

"Cette consécration est un aboutissement logique car les fondements sur lesquels reposent le royaume du Maroc et l’UNESCO sont partagés de façon inconditionnelle et ont comme centralité la culture de la paix, la diversité culturelle et le vivre ensemble", a indiqué l’ambassadeur, déléguée permanente du royaume du Maroc auprès de l’UNESCO et présidente de la 39ème conférence générale de l'organisation, Zohour Alaoui.

Aussi, le partenariat de la "Fondation Esprit de Fès", qui a été validé, par les 58 Etats membres du conseil exécutif de l’UNESCO, participe à cette même philosophie et s’appuie sur la vision royale de tolérance, de paix, de dignité humaine et de respect de l’autre, a-t-elle souligné.

Pour rappel, la fondation a pour objet d’initier, de coordonner, d’organiser et d’accompagner les projets culturels à même de favoriser le rayonnement de Fès. Elle organise, à cet effet, plusieurs activités artistiques et culturelles dont le célèbre festival des musiques sacrées du monde.

Le Conseil exécutif est, en quelque sorte, le conseil d'administration de l’UNESCO. Il prépare le travail de la Conférence générale et veille à ce que ses décisions soient bien exécutées. Les fonctions et responsabilités du Conseil exécutif découlent essentiellement de l’Acte constitutif et des règlements ou directives établis par la Conférence générale. Ces règles sont en outre complétées par des résolutions de la Conférence générale. Ses 58 membres sont élus par la Conférence générale et leur choix dépend notamment de la diversité des cultures qu'ils représentent et de leur origine géographique. Le Conseil exécutif se réunit deux fois par an.

A l'ordre du jour de la 204ème session du conseil exécutif, qui se tient du 4 au 17 avril, figurent plusieurs sujets importants dont la stratégie de la réforme de l’UNESCO, la situation budgétaire de l’organisation et la stratégie de mobilisation des ressources.