La zone frontalière entre le Mali, Burkina et Niger, épicentre d'une crise grandissante (ONU)

5437685854_d630fceaff_b-
406
Partager :

Nations-Unies - Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations-Unies (OCHA) a averti que la zone frontalière entre Mali, le Burkina Faso et le Niger est devenue l'épicentre d'une crise à croissance rapide avec des niveaux de violence armée sans précédent.

Selon l'OCHA, les assaillants armés visent directement les écoles et forcent les centres de santé à fermer, privant les communautés de services essentiels. Plus de 3.600 écoles et 241 centres de santé ne fonctionnent plus dans ces pays.

Pour soutenir les autorités nationales et locales, l'ONU, avec le concours de ses partenaires, intensifie ses opérations "pour sauver des vies et soulager les souffrances humaines", a déclaré mercredi le porte-parole du Secrétaire général des Nations-Unies.

"Nous sollicitons 1 milliard de dollars pour soutenir les plus vulnérables. Ce mois-ci, 17 millions de dollars ont été alloués par le Fonds central d’urgence des Nations-Unies pour le Burkina Faso et le Mali afin de fournir des abris, de l’eau et des installations sanitaires, de la protection, des soins de santé et la sécurité alimentaire", a précisé le porte-parole lors du point de presse quotidien à New York.