Mawazine : Le groupe Texas ou encore Nancy Ajram au menu

5437685854_d630fceaff_b-
837
Partager :

Au terme d’une semaine de concerts mémorables et d’émotions partagées, Mawazine a offert pour sa septième journée une soirée exceptionnelle avec la présence d’une figure incontournable de la scène rock depuis les années 1990 : le groupe Texas

La formation originaire de Glasgow a enchaîné pendant plus d’une heure et demi tous les grands tubes qui ont fait sa légende depuis sa création : du hit I Don’tWanta Lover, écoulé à plus de 2 millions de copies, jusqu’au single Say What You Want ou encore Black Eyed Boy. Les hits de son dernier album en date, Jump on Board, sorti en avril 2017, ont également été au programme d’une superbe prestation qui a électrisé la foule !

Au Théâtre National Mohammed V, c’est un véritable hommage à la chanson marocaine qui a été rendu par la très grande Majida El Roumi, qui a entonné le célèbre titre « Ya BentBladi » devant un public conquis ! La soprano libanaise, icône de la musique arabe, a entonné ses plus beaux morceaux en prônant la paix, la renaissance et l’union.

Autre voix mythique du monde arabe, la belle Nancy Ajram, fidèle de Mawazine, a littéralement charmé l’audience ! Figure de la pop, la chanteuse au deux millions d’albums vendus, a une nouvelle fois fait la preuve de son immense talent. Tout comme le Tangérois Amine Temri, dit Aminux, l’un des artistes marocains les plus regardés sur YouTube avec plusieurs dizaines de millions de vues ! Lauréat 2015 des Morocco Music Awards dans la catégorie “pop”, l’artiste, qui s’est déjà produit à Mawazine en 2016, a livré sur la scène Nahda un spectacle inoubliable !

De musique marocaine, il a également été question sur la scène de Salé, où les festivaliers avaient rendez-vous avec un trio d’artistes emblématiques de la nouvelle génération : DJ Hamida a fait son show, tandis que deux emblèmes du rap national, H-Kayne et Muslim, ont apporté un vent de fraîcheur avec une musique et des lyrics qui ont remporté l’adhésion de la foule !

Au Bouregreg, c’est l’une des plus vieilles formations africaines qui a marqué les esprits ! L’orchestre Poly-Rythmo, créé il y a plus de cinquante ans, a joué la recette qui fait son succès : un savant mélange d’influences venues des musiques traditionnelles béninoises, de la soul et du funk américain, de l’afrobeat nigérian, de la rumba congolaise, du high-life ghanéen et des rythmes afro-cubains... Un cocktail de musiques qui a fait vibrer le public !

Un peu plus tôt, le site du Chellah a mis à l’honneur Sepideh Raissadat : incarnation des nouveaux chanteurs de musique classique persane et virtuose du Sétâr, le luth iranien à long manche, l’artiste a fait forte impression !

Pour ce septième jour, Mawazine a également continué d’investir les rues de Rabat avec les spectacles de superbes troupes marocaines : Colokolo, une compagnie dédiée aux arts du cirque avec une douzaine d’acrobates, jongleurs, cracheurs de feu, équilibristes et musiciens, mais aussi la formation Gnawa Art Lux, qui a participé à de nombreux festivals au Maroc et à l’étranger pour présenter des shows de musique gnaoua avec de la danse, du saxophone et des percussions.