Mohamed Achergui décoré par l’Espagne

5437685854_d630fceaff_b-
1036
Partager :

L’ancien président du Conseil constitutionnel, Mohamed Achergui, a été décoré, ce lundi 16 avril à Rabat, de la Croix de Grand Officier de l'ordre du Mérite civil du royaume d'Espagne, en reconnaissance de son engagement en faveur du renforcement de la coopération et de la justice constitutionnelle entre les deux royaumes

Cette décoration a été remise à Mohamed Achergui par l'Ambassadeur du royaume d'Espagne au Maroc, Ricardo Díez-Hochleitner, au nom du roi d’Espagne Felipe VI, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités du monde de la politique, des affaires, de la diplomatie, de l’art et des médias.

Dans une allocution de circonstance, Ricardo Diez-Hochleitner a souligné que cette décoration "bien méritée" dénote de l’excellent parcours professionnel de Mohamed Achergui comme "imminent juriste et serviteur loyal et efficace du royaume du Maroc", ainsi que pour ses qualités personnelles et disponibilité au service de la coopération maroco-espagnole.

"Mohamed Achergui a su dévouer sa sagesse, son intelligence et sa capacité de travail au service du royaume du Maroc et pour le développement de l’Etat de droit au service de tous les citoyens", a indiqué Ricardo Díez-Hochleitner, mettant en valeur les qualités professionnelles dont a fait preuve Mohamed Achergui lors de son mandat à la tête du Conseil constitutionnel, à travers, notamment, "la consécration d'une justice constitutionnelle équitable en tant qu’élément fondamental de la vie démocratique d’un pays".

Le Maroc grâce à la vision du roi Mohammed VI constitue sans aucun doute le modèle le plus abouti dans la région en termes de séparation des pouvoirs et de l'indépendance du pouvoir judiciaire, a dit le diplomate espagnol, faisant savoir que "la Cour constitutionnelle au Maroc demeure l’une des manifestations les plus importantes de l’Etat de droit, du moment qu'elle assure le principe de la légalité constitutionnelle et la garantie des droits et libertés en partant des principes de la suprématie de la constitution".

"Mohamed Achergui a sagement contribué au développement des relations institutionnelles entre le Maroc et l’Espagne par le biais d’un rapprochement important entre les deux institutions dans le cadre du projet initié en 2015 par le Conseil constitutionnel du Maroc (Actuelle Cour constitutionnelle) et son homologue espagnol, en partenariat avec l’Agence espagnole pour la coopération internationale au développement, en vue de renforcer l’échange des meilleures pratiques entre les deux parties dans le domaine de la justice constitutionnelle", a de même fait savoir Ricardo Diez-Hochleitner.

Le travail et les efforts déployés par Achergui ont accompagné et appuyé la modernisation du royaume, entreprise sous l’égide du roi Mohammed VI par le biais de la mise en place de la constitution de 2011 dont les articles 129 à 134 stipulent et statuent de la manière la plus démocratique les compositions et fonctions de la Cour constitutionnelle, comme la plus haute juridiction de l'Etat en matière constitutionnelle, a également relevé l’ambassadeur espagnol.

Il a, en outre, mis l’accent sur la relation entre le Maroc et l’Espagne, qui a occupé une part importante de la carrière de Mohamed Achergui et à laquelle il a apporté une contribution éminente dans le cadre des mandats qu’il a brigués à dessein de renforcer une coopération marquée du sceau de l’amitié exceptionnelle qui lie les deux pays.

S'exprimant à cette occasion, Achergui a fait part de son immense et profonde gratitude à l’Espagne ainsi qu’à son roi Felipe VI pour cette prestigieuse décoration, affirmant que cette distinction invoque chez lui l’histoire séculaire qui unit le Maroc et l’Espagne et les liens forts et renouvelés noués entre les deux pays.

Les relations entre le Maroc et l'Espagne se caractérisent par le développement d'un dialogue permanent et ouvert sur toutes les questions d'intérêt commun et par le développement d’un dialogue institutionnel important entre les royaumes du Maroc et de l'Espagne qui devront irréfutablement passer par le rôle des instances constitutionnelles des deux pays, a soutenu Achergui.

Titulaire d’un doctorat d’Etat en Droit public obtenu en 1985 et d’un DES en Sciences politiques en 1981, Mohamed Achergui est né en 1949 à Nador. Il a occupé plusieurs postes, dont celui de conseiller au cabinet du ministre des finances (1989-1995), chargé de mission auprès du directeur général du groupe OCP (1995-2001) et procureur général du roi près la Cour des comptes, poste qu’il a occupé jusqu’à sa nomination entre 2008 et 2017 en tant que président du Conseil constitutionnel.

Tout au long de sa carrière, Mohamed Achergui a œuvré en faveur du développement et du renforcement des relations de bon voisinage entre le Maroc et l’Espagne, en tant que partenaire technique pour le transfert de l'expérience espagnole dans le domaine de la justice constitutionnelle.

Le roi a décoré du Wissam Al Moukafaa Al Watania de l’Ordre de grand officier Mohamed Achergui, en tant que président du Conseil constitutionnel et membre de la haute instance du dialogue national sur la réforme de la justice.