Temps forts de la sixième journée du Casa Festival

5437685854_d630fceaff_b-
729
Partager :

Pour sa sixième journée, tenue ce mercredi 12 juillet, le Casa Festival a su une fois de plus accomplir sa mission : célébrer l’énergie de Casablanca et éblouir les Casablancais

Le festival a mis à l’honneur une programmation dédiée “aux rencontres” avec des concerts qui ont mis en avant la nouvelle génération et les grandes figures de la musique Casawe.

Sur la scène Toro, les Kids United qui se produisaient pour la première fois au Maroc, ont offert à leurs 85 000 fans présents, un concert exceptionnel. L’enthousiasme était au rendez-vous, par le concert  qui a su gagner le jeune public, les adultes se sont aussi vite laissés prendre jeu au fil des titres interprétés par Erza, Gloria, Gabriel, Esteban et Nilusi. Le titre « On écrit sur les murs » a, par ailleurs, rencontré le plus de succès. Raison pour laquelle il a été interprété deux fois lors du concert.

A AïnSebâa, une soirée spécialement dédiée aux groupes mythiques de la scène marocaine a été concoctée pour les 52 000 festivaliers présents. Les légendaires Nass El Ghiwane et les Jil Jilala venus à la rencontre de leur public dans leur fief, ont fait sensation avec leurs rythmes puissants et leurs paroles qui racontent sans pareil le quotidien des Casablancais.

Parallèlement aux concerts, le Casa Festival a célébré Casablanca à travers la très grande richesse de sa culture urbaine, de son cinéma et de ses arts vivants. Cette sixième journée a notamment été l’occasion de démarrer la programmation We Dance au quartier Roches Noires. Dédiée à la danse, qui partage les valeurs que WeCasablanca - l’excellence, l’ouverture, la performance et l’énergie – We Dance a réuni les chorégraphes emblématiques Kader Attou et Mourad Merzouki, spécialistes français du hip-hop, qui ont chacun animé des workshops très suivis. Le point final sera donné le 14 juillet, place Mohammed V à 18H00, pour un flashmob géant. Plus de 180 danseurs, amateurs et professionnels, sont attendus pour l’occasion.

Le Casa Festival en partenariat avec le CCM, a également pensé aux amoureux du 7ème Art en leur proposant la programmation "Casablanca fait son cinéma". Cette dernière a réuni hier, pour la projection du film « Le Coq » de Abdellah Farkous, toutes les générations confondues sur la plage Al Nahla de Sidi Bernoussi. Demain, le film « Les larmes de Satan » de Hicham Jebarri sera projeté. 

Aujourd’hui, c’est avec une autre facette de la métropole, Casablanca ville africaine, que les festivaliers ont rendez-vous, laissent entendre les organisateurs.