Un ancien ingénieur de Google accusé du vol de secrets industriels au profit d'Uber

5437685854_d630fceaff_b-
320
Partager :

Washington - Anthony Levandowski, un pionnier de la technologie automobile autonome qui était au centre d’une bataille juridique opposant la société mère de Google, Alphabet, au groupe de VTC Uber, a été poursuivi par les autorités fédérales pour 33 chefs de vol de secrets industriels.

Des responsables du ministère de la Justice ont annoncé l'acte d'accusation à l'encontre de M. Levandowski lors d'une conférence de presse mardi à San Francisco. 

Les accusations sont basées sur 33 téléchargements dans lesquels les informations étaient "protégées de manière raisonnable par Google, avaient une valeur économique et n'étaient pas connues de tous", ont déclaré les responsables.

Chaque acte d’accusation est passible d’une peine maximale de 10 ans et d’une amende de 250.000 dollars, mais cela ne signifie pas que les procureurs vont réclamer une condamnation pour 330 ans, a déclaré le procureur David Anderson.

"La Silicon Valley n’est pas le Far West", a déclaré, pour sa part, John Bennett, agent spécial du Federal Bureau of Investigation, qui enquêtait sur M. Levandowski depuis mai 2017. "L'environnement rapide et compétitif ne signifie pas que les lois fédérales ne s'appliquent pas ou peuvent être ignorées", a-t-il ajouté.

"Les allégations dans cette affaire sont essentiellement une suite de réclamations déjà discréditées dans un procès civil entre Waymo (Ndlr. la filiale de voiture autonome de Alphabet) et Uber qui a été réglé il y a plus d'un an et demi", a déclaré Miles Ehrlich, avocat de l’accusé, ajoutant que "pas un seul de ces fichiers supposés secrets n'a jamais été envoyé à Uber ou à une autre société ou personne".

Waymo avait accusé M. Levandowski, ancien dirigeant de son programme de véhicules autonomes, d'avoir volé une technologie et de l'avoir fournie à Uber. Dans la règlement à l’amiable, qui a clos un épisode particulièrement controversé dans la lutte pour la domination des voitures sans conducteur, Uber avait promis de ne pas utiliser la technologie de Waymo et de donner à la filiale d’Alphabet une part de capital.

Alors que M. Levandowksi n’était pas un accusé dans l’affaire civile, le juge fédéral qui a supervisé la procédure a renvoyé les accusations aux procureurs. Le juge William Alsup, du district de San Francisco, a déclaré à l'époque qu'il ne prenait "pas position" sur l'opportunité d'engager des poursuites pénales. Selon le tribunal, le dossier contenait "de nombreuses preuves" que M. Levandowski avait manqué à son devoir de loyauté envers Waymo.

Selon l'acte d'accusation, M. Levandowski, alors qu'il travaillait chez Waymo, a téléchargé des fichiers en décembre 2015, y compris des schémas et des dessins techniques, ainsi que des objectifs techniques internes sur son ordinateur. Trois jours plus tard, il a transféré les fichiers sur son ordinateur portable personnel. Selon des responsables fédéraux, l’accusé a démissionné de Waymo en janvier 2016 et, un mois plus tard, a signé un cahier des charges pour un accord avec Uber.