''Un Chemin marocain, parcours d’un Royaume en transformation'', éphéméride du Maroc contemporain

5437685854_d630fceaff_b-
416
Partager :

Dakar - L'ouvrage "Un Chemin marocain, parcours d’un Royaume en transformation" est une sorte d'éphéméride stratégique du Maroc de ces vingt dernières années, a indiqué Abdelmalek Alaoui, directeur de l’Institut marocain d’intelligence Stratégique (IMIS) qui a réalisé ce livre collectif.

"Ce livre n’est pas un bilan mais une sorte d'éphéméride stratégique du Maroc qui s’ajoute à nos autres publications qui ont un caractère plus technique et une fréquence de parution plus régulière", a expliqué Abdelmalek Alaoui dans une interview accordée à "Radio Africa".



Cet ouvrage est né d’une "conviction forte" car, a-t-il dit, la plupart des membres de notre think-tank savent que la trajectoire contemporaine du Maroc "a besoin d’être expliquée et analysée par les enfants et les forces vives du pays, de même qu’elle a besoin d’être projetée dans le temps et qu’il y ait des éléments de prospective qui puissent être portés".

C’est d’ailleurs, selon le fondateur de l’IMIS, la démarche naturelle que le think-tank a fait sienne depuis une quinzaine d’années en produisant en moyenne un grand livre tous les 4 ou 5 ans.

Déroulant quelques conclusions du livre en rapport avec la croissance économique au Maroc, Abdelmalek Alaoui a relevé que, durant le règne de SM le Roi Mohammed VI, l’approche économique a été éminemment "pragmatique".

"Le Maroc a d’abord démarré par une première phase keynésienne, tirée par les investissements et les infrastructures", a-t-il expliqué, ajoutant qu’il s’en est ensuivi une deuxième période beaucoup plus internationaliste qui a esquissé une "meilleure insertion" du Maroc dans le monde et dans les échanges, notamment avec l’Afrique subsaharienne.

Ensuite, a-t-il poursuivi, il y a eu une troisième phase qui se poursuit aujourd’hui et qui place le développement humain comme prééminent par rapport à tout autre développement.

Somme toute, a synthétisé Abdelmalek Alaoui, co-auteur du livre, le Maroc a parcouru un chemin où il y a eu "beaucoup d’altérations, de transformations et de changements". Et de résumer : "il n’y a pas de doctrines inébranlables : le Maroc agit avec son temps".

Les vingt dernières années ont été également placées sous le signe de l’ouverture sur le monde, a renchéri Abdelmalek Alaoui, étayant que sur les 56 pays avec lesquels le Maroc a un accord de libre-échange, 90 pc ont été signés sous le règne de SM le Roi Mohammed VI.

Depuis une vingtaine d’année, a-t-il soutenu, il y a eu également une évolution remarquable en termes de volume et de taille des investissements directs étrangers avec, entre autres, "Renault" et "PSA" qui produisent entre 200.000 et 300.000 véhicules par an, "Boeing" et son usine d'un milliard d’euros, la ligne de grande vitesse Tanger-Casablanca, outre un développement du réseau autoroutier qui totalise désormais 1.600 km contre 98 km seulement en 1999.

En matière climatique, a-t-il fait remarquer, le Maroc a fait le choix de la transition écologique et du développement durable, soulignant que les objectifs extrêmement volontaristes que le Royaume s’est fixés constituent un élément d’ancrage de la position du pays comme "green-hub" africain.

S’agissant des relations avec l’Afrique, la doctrine marocaine de ces 20 dernières années fait ressortir un "mix" entre le multilatéralisme, à travers la réintégration de l’Union africaine comme exemple, et le bilatéralisme moyennant des relations très fortes avec beaucoup de pays, dans la lignée de ce qu’avait initié feu SM Hassan II.

L’ouvrage "Un Chemin marocain, parcours d’un Royaume en transformation" est le troisième d’une série réalisée par l’IMIS après "une ambition marocaine" en 2009 et "le Maroc stratégique" en 2014.

Coécrit par une quinzaine d’auteurs à parité égale hommes-femmes, cet ouvrage se veut une réflexion stratégique sur le Maroc de 2019 et un focus sur la dynamique de développement que le pays a connue ces 20 dernières années.