Un think-tank international met en relief le leadership du roi sur la question migratoire

5437685854_d630fceaff_b-
490
Partager :

La projection multidimensionnelle de la politique africaine menée par le roi Mohammed VI est l'articulation d'une stratégie efficiente qui illustre le leadership du souverain, notamment sur la question migratoire en Afrique, a affirmé ce mardi 5 décembre 2017 le président du think-tank international NejMaroc basé au Mexique, Mohamed Badine El Yattioui

"Le Leadership royal sur la question migratoire découle non seulement de la position géographique du Maroc, pays africain le plus proche de l'UE, mais surtout de la stature et du rayonnement du roi auprès des pays africains", a déclaré El Yattioui en marge d'une réunion internationale sur le Pacte mondial pour les migrations, qui se tient du 4 au 6 décembre à Puerto Vallarta, avec la participation du Maroc.

"Au-delà de la question migratoire pour laquelle le Maroc mène une politique exemplaire, il y a le style de Sa Majesté le Roi qui plaît énormément aux Africains", a ajouté le professeur des relations internationalesà l'Université des Amériques à Puebla (Mexique), relevant que "ce style mêlant apaisement et énergie permet au Souverain de se positionner en tant que leader en matière des questions migratoires en Afrique".

De par son histoire et sa géographie, le Maroc, comme l'a rappeléle roi dans son message adressé au 5ème sommet UA-UE à Abidjan en sa qualité de leader de l'Union Africaine sur la question de la migration, a une place prépondérante pour être un interlocuteur de choix auprès de l'UE, a-t-il fait remarquer, notant qu'il est important d'avoir une position africaine commune sur la question migratoire, car le souverain souhaite une véritable rupture avec les pratiques passées.

Après avoir rappelé que le royaume a mis en œuvre depuis de nombreuses années des politiques audacieuses en faveur des ressortissants africains comme l'intégration des migrants se trouvant en situation irrégulière sur le sol marocain et l'accueil de milliers d'étudiants africains chaque année, l'expert international a souligné que cette politique migratoire s'inscrit dans le cadre de la "réaffirmation de l'arrimage" du royaume à sa famille africaine et lui permet d'être un leader continental.

Pour, El Yattioui, également coordonnateur de l'Observatoire sur le monde musulman de la UDLAP (Mexique,) le souverain a mis en avant, dans son message au Sommet UA-UE, l'égalité des partenaires européens et africains et la volonté d'ouverture d'un nouveau chapitre axé sur la transversalité et la dépendance mutuelle, en mettant les Européens face à leurs responsabilités sur de nombreux points.

D'abord sur le plan migratoire, en rappelant son caractère inexorable et en fustigeant la xénophobie qui gagne de nombreux pays européens. Et sur le plan financier, en critiquant les contraintes budgétaires imposées aux Africains alors que bon nombre de pays de l'UE connaissent un endettement public colossal, a-t-il argué.

C'est pourquoi, le souverain, dans son discours devant le 28ème sommet de l'Union Africaine à Addis-Abeba, avait marqué les esprits en affirmant: "Certains avancent que, par cet engagement, le Maroc viserait à acquérir le leadership en Afrique, Je leur réponds que c'est à l’Afrique que le Royaume cherche à donner le leadership", a conclu l'universitaire.