Vibrant hommage au regretté Amine Demnati

5437685854_d630fceaff_b-
1414
Partager :

A l’occasion du 46ème anniversaire de sa disparition  et de la sortie du beau livre, « Amine Demnati, vingt-neuf printemps, un été », un vibrant hommage   sera rendu au regretté artiste ce mardi 12 décembre dans l’enceinte du Musée Mohammed VI d’Art Moderne et Contemporain

Tenue sous le patronage du roi Mohammed VI, la soirée commémorative comprend, outre un accrochage, prélude à une exposition future, la projection de fragments d’un documentaire, en cours de réalisation par la première chaîne nationale, Al Oula, la présentation du livre avec la participation de son auteur, Maurice Arama, et de l’universitaire Nadia Sabri.

Né à Marrakech le 15 janvier 1942, Amine Demnati a suivi ses études primaires et secondaires à Casablanca. Après le BEPC, il intègre la section des arts appliqués au collège Mers Sultan avant de poursuivre son cursus à Paris à l’Ecole des Arts appliqués. A Paris, il retrouve son ami Ahmed Cherkaoui et organise sa première exposition dans la ville lumière en 1961.

De retour au Maroc, Amine Demnati expose à Rabat, Marrakech et Casablanca, et participe aux débats sur la situation des arts au Maroc et   à la fondation de l’une des premières associations des plasticiens marocains. Son œuvre est saluée par les plumes des Gaston Diehl, Kamal Zebdi, Ahmed Sefrioui et autre Jean Bouret. Artiste plasticien, Amine Demnati s’initia aussi à l’art de la scène à la fois comme acteur et décorateur.

Passionné de musique et de poésie, sa silhouette de gentleman à la Bentley noire, qui dessinait lui-même  ses vêtements,  ne passait pas inaperçue.

Le 10 juillet 1971, faisant partie des invités des célébrations du 42ème anniversaire de feu Hassan II, Amine Demnati est fauché par une rafale de mitraillette. C’est ainsi qu’on mit fin à la carrière d’un artiste des plus prometteurs de sa génération. Amine n’avait que vint-neuf ans.