Au pas de charge

5539
Partager :

Entre deux avions, le Roi Mohammed VI a présidé à Marrakech ce que le communiqué du Cabinet royal qualifie d’évènement sans précédent. Ce n’est pas une exagération et moins encore une grandiloquence. Depuis la création en 2012 du label ISO 20121, la COP22 de Marrakech est le septième évènement à l’obtenir au même titre que la COP21 de Paris ou les jeux olympiques de Londres.

Entre deux avions. Le 12 novembre, le souverain revient au Maroc, en provenance de Dakar, après une tournée africaine qui l’a mené au Rwanda, en Tanzanie, au Gabon et au Sénégal. Mardi 15, il préside la conférence des parties dans l’enceinte de la zone bleue de la COP22. Mercredi 16, il ouvre le sommet africain de l’action en présence de plus d’une vingtaine de chefs d’Etat, une cinquantaine si l’on compte les chefs de gouvernement et de délégation.

Entre un déjeuner et une réunion, il s’entretient avec plusieurs chefs d’Etat africains, rencontre le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, le président français François Hollande et le secrétaire d’Etat américain John Kerry.

La présence du président nigérian Muhammadu Buhari est à ne pas minimiser ni à exagérer.  Peu de choses ont filtré sur son entretien avec le Roi, mais l’évènement est exceptionnel pour ne pas être relevé. On relèvera aussi la présence de la délégation algérienne menée par le président de l’Assemblée populaire (parlement) à la COP22 et celle de Ramtane Lamamra, ministre d’Etat aux affaires étrangères, au sommet africain de l’action.

Cela faisait longtemps qu’Alger n’a pas été représenté au Maroc à un niveau aussi élevé. L’acte change Rabat des sous fifres que l’Algérie lui dépêchait, mais il est trop tôt pour en tirer une quelconque conclusion.

Le jeudi 17, le Roi Mohammed VI s’envolait  à nouveau pour une nouvelle tournée africaine qui commence par l’Ethiopie. Evoquer dès lors le chef du gouvernement désigné,  Abdalilah Benkirane, qui peine pendant ce temps à mener des négociations normales et sereines avec des chefs de partis, devient dérisoire.