Chabat la gaffe

6909
Partager :

En Mauritanie des officiels annoncent que Nouakchott va accueillir une ambassade de la RASD et que l’armée arrêtera sa collaboration avec les FAR aux frontières. Les associations et les partis pro-algériens ou proches du Polisario, qui représentent une grosse minorité dans ce pays, montent la sauce. En Algérie, la machine est en marche pour dénoncer l’expansionnisme marocain, lié à l’empire chérifien. Le pauvre Mezouar a été sommé, obligé, de publier un communiqué pointant l’irresponsabilité des propos. Et dire que tout ce tintamarre on le doit à une déclaration d’un cycliste, porté à la tête de l’Istiqlal par la médiocrité ambiante et les « géniaux » concepteurs.

Il y a quelques années un responsable local de l’Istiqlal a été poursuivi et condamné pour ce genre de propos. Lui aussi réclamait la Mauritanie. Mais là il s’agit du prétendu patron d’un parti des plus importants sur la scène nationale.

Les retombées sont incommensurables. S’il travaillait pour l’Algérie, ce que j’exclus parce qu’ils ont l’habitude de recruter des intelligences au moins moyennes, il n’aurait pas fait mieux, ou pire, selon le côté de Zouj Bghal où l’on se pose.

C’est de la folie que de croire que l’Algérie n’utilisera pas à fond ce filon, pour présenter le Maroc comme un danger colonial, auprès de pays où seul l’anticolonialisme fait consensus. Croire qu’ils vont se satisfaire de l’argument « c’est juste un fou », est un cul de sac. Il nous faut une réponse plus proactive, le poursuivre et crever l’abcès. Il faut que la justice marocaine condamne ces prétentions territoriales de manière claire.

Mais pourquoi l’a-t-il fait ? Parce que c’est un populiste qui croit que dans sa position il faut tordre le bras au Makhzen. C’est lui qui s’est éclaté le poignet, mais ce n’est qu’un détail. Il condamne l’Istiqlal à l’opposition, on voit mal le Roi nommer dans quelques semaines des ministres issus d’un parti qui veut aller jusqu’au Sénégal. Benkirane a un excellent argument pour constituer un gouvernement sans l’Istiqlal, tout en résistant au « Tahakkoum » puisque Chabat s’est exclu de lui-même. Si c’était son objectif, c’est un génie, mais ma confiance dans le genre humain a des limites, ma naïveté aussi, c’est juste une bêtise monumentale.

Résultat, on pourra avoir un gouvernement rapidement, sans l’Istiqlal, mais nous somme dans la « mouise » » diplomatique. Vu le passif de Benkirane avec la Russie, il vaut mieux interdire aux politique de parler de l’Etranger et laisser les pros agir.

Il n’y a pas UN SEUL HOMME D ETAT à la tête d’un parti politique. Bouabid, Boucetta et même Osman en étaient. Ceux qui ont préféré avoir des marionnettes dites populistes sont responsables de cet échec. Seuls des partis réellement indépendants nous fournirons des hommes respectables.

PS : Boucetta a dirigé la diplomatie marocaine pendant six ans. Il n’a jamais remis en cause le tracé avec l’Algérie ni la souveraineté mauritanienne. Chabat exhume des textes datant des débuts des années 60. Il n’y a pas un Istiqlalien sur 10 000 Qui soit nostalgique de l’empire chérifien.