La gangrène des fils de

2429
Partager :

Un jeune dans une Ferrari se filme entrain de boire du champagne tout en conduisant. Il filme aussi un accident dont il est responsable, heureusement sans conséquences humaines. Il en fait un acte héroïque. Ni les policiers, ni les pompiers n’ont été professionnels. Il a eu droit à un traitement extra-légal, celui du VIP parce qu’il est fils de, ou autre chose... Alors qu’il aurait pu causer la mort d’un être humain, conduisant un bolide sous l’emprise de l’alcool.

Fort heureusement la hiérarchie a réagi à temps.

Ces jeunes sont nombreux. Ils n’ont aucune relation avec la citoyenneté, soyons francs. Le système rentier a produit de nouveaux riches, extrêmement riches, qui se croient au-dessus des lois. Ils transmettent à leurs enfants cette idée, qu’ils ont accès à toute la consommation qu’ils veulent, que les lois ne représentent rien, que les citoyens qui n’ont pas accès à leurs « facilités » ne font pas partie du même monde.

Dans ces familles, généralement, le père est totalement absent, la mère a d’autres occupations  et les enfants n’ont pour preuve d’amour que l’accès à la consommation et la certitude de l’impunité parce que Papa connait les puissants.

C’est ainsi que nous avons fabriqué de vrais monstres. Des jeunes, à peine la vingtaine entamée, qui réclament le droit d’écraser les gens, avec une Ferrari, après avoir consommé une bouteille de champagne.

C’est la justice marocaine qui est responsable. Des policiers ont été écrasés par ces fils de, sans aucune sanction judiciaire pour les coupables. Chaque semaine, des piétons sont écrasés, les coupables sont relâchés, soi-disant, pour ne pas priver les familles des victimes de l’assurance. C’est juste inacceptable ! Ces jeunes sont un vrai poison. Ils donnent à penser que la citoyenneté est juste l’espoir des pauvres, et qu’il y aura toujours ceux du dessus, qui n’ont aucune règles à respecter. L’Etat de droit n’a de sens que si la primauté de la règle de droit s’applique à tous. Sinon cette règle apparait comme un moyen d’oppression.

Si les fils de peuvent tuer sans conséquences, l’Etat de droit n’a aucune consistance.