Le Maroc aurait dû battre le Benin par 87 à 0,3

445
Partager :

Après la qualification de l’Algérie à la finale de la CAN 2019, les Marocains ont vécu la joie de la victoire par procuration. Merci l’Algérie. 

Faouzi Lakjaa, pas moins que tout autre, n’a voulu l’élimination du Maroc. Sans doute aucun, plus que tout autre Marocain ne l’a souhaitée, ne serait-ce que parce qu’il était conscient de ce qui l’attendait en cas de défaite. Il est donc fondé de se défendre. Mais parfois la contre-attaque menée par certains de ses amis a frisé le ridicule quand elle n’a pas crevé le mur du son. 

Pour donner le change, la Fédération Royale Marocaine de Football, pour ne pas dire Faouzi Lakjaa, a sonné le branle-bas de combat. Ce n’est pas une réunion, mais les états généraux qu’elle a convoqués pour le 22 du mois en cours. 

Tous ceux qui en ont gros sur le cœur vont pouvoir se donner à cœur joie. Et après ?

On en voit le déroulement d’ici. Encore un exutoire cinémascope où les frustrés de la Fédération et les laissés pour compte vont se défouler. Ceux qui ont profité du système vont, au choix, se taire ou se terrer dans un silence complice. Les plus loyaux, ou les plus téméraires, vont monter au créneau pour défendre leur président. 

Des professions de foi seront faites et des résolutions prises. 

Mais un seul acte sera probant, convaincra les sceptiques et emportera l’adhésion de tous : la réédition des comptes avec à la clé.

Avec à la clé ce que Faouzi Lakjaa se démène pour éviter.

A en croire Les Echos.ma, et il n’y a pas de raison de ne pas le croire, avec un budget qui tourne autour de 880 MDH, la FRMF fait trois fois plus que la gazière Algérie (finaliste), cinq fois le Nigéria (demi-finaliste), plus de sept fois la Tunisie (demi-finaliste) et l’Afrique du Sud qui a joué les quarts de de finale. Pour faire moins bien que le dernier de ce peloton de tête, il faut, j’allais dire se lever tôt. En fait, il faut ne pas se lever du tout. 

Si ce chiffre ne parle pas assez, comparons : la FRMF avec 87,9 M$ fait plus que l’Algérie (27,6), le Nigéria (17,7), la Tunisie (12,1), l’Afrique du Sud (11,9) et l’Egypte (9,4) réunis. Ensemble, ils totalisent 78,7 M$. Le budget de la fédération béninoise qui a éliminé le Maroc en huitième est de 300 mille dollars. Si un but pouvait valoir 1 million $, le Maroc aurait dû battre le Benin par 87 à 0,3. La preuve par l’absurde que le football ce n’est pas uniquement une question d’argent. Il y a quelque chose d’autre. Qui n’a pas de prix, d’inestimable.