Plus ou moins Bouteflika

4041
Partager :

L’hospitalisation, officiellement pour des contrôles médicaux périodiques, du président algérien en Suisse a connu son lot de rumeurs habituelles sur l’état de santé de Abdelaziz Bouteflika et sa capacité à gouverner, voire à briguer un cinquième mandat qui le mènerait sur les sentiers battus en Afrique d’une présidence à vie.

Pour exorciser l’Algérie d’une telle fatalité, l’humour noir d’une certaine presse algérienne n’a pas hésité à faire dans le macabre en donnant le président pour mort et lui faisant passer une nuit frigorifiée dans la morgue, on se venge comme on peut. Mais les voies impénétrables du seigneur en ont voulu autrement et ont ressuscité le chef de l’Etat dans une scène fantomastique.

Le président pour le grand bonheur de ses partisans est revenu au Palais Al Mouradya peut-être pas sain, mais sauf. Le site algérien TSA s’en réjouit, qui écrit que l’information de ce retour « sonne comme une grosse gifle pour les réseaux sociaux qui se sont empressés de relayer les rumeurs les plus folles. »

Le site ouvre même une fenêtre pour l’analyse politique en voyant dans ces contrôles médicaux la volonté de Bouteflika de « peut-être, signifier, aux uns et autres, qu’il faut bien compter avec lui et il n’est pas exclu qu’il signerait, dans les prochains jours, l’ “arrêt de mort” d’autres hauts gradés ».

Pour étayer son analyse, l’auteur de l’article a posé un diagnostic sans précédent. A l’en croire, l’hôte de la Mouaradya que les Algériens n’ont pas entendu depuis cinq ans est « plus au moins en bonne santé » et avec « un bilan de santé plus ou moins positif […] bien des réticences vont se dissiper et Bouteflika s’offrirait ainsi une sorte de sauf-conduit pour un cinquième mandat à la tête de l’Etat algérien» qui sera certainement pour cinq ans encore plus au moins président.