Assassinat de 2 marocaines à Istanbul : Des poursuites pour apologie du terrorisme !

5437685854_d630fceaff_b-
6069
Partager :

Artistes, cinéastes, écrivains, journalistes et activistes qui refusent de voir une partie de sa population- et en particulier de sa jeunesse – prise en otage par ceux qui n’ont d’autre but que de “daechiser” les esprits avant de les transformer en chair canon, réagissent »

« Stop à l’apologie du terrorisme ! Nous réclamons l’application de la loi et la mise en œuvre urgente d’un système de prévention par l’éducation ». C’est le cri lancé par des femmes et des hommes de la société civile qui ont adressé ce mercredi 4 janvier 2017 une lettre ouverte au Conseil national des droits de l’Homme pour en appeler à l’application de la loi. « Il est indispensable de rappeler que l’apologie d’actes terroristes constitue un crime puni par la loi, conformément à l’article 218-2 du Code pénal, en conséquence nous signataires de cette lettre ouverte demandons fermement que la loi soit appliquée avec force ! », écrivent les premiers signataires de ce texte fort dans son engagement.

Les auteurs de cette initiative reviennent sur la tuerie de la discothèque Reina à Istanbul « qui a été à nouveau l’occasion d’un déferlement de propos haineux, racistes, sexistes allant jusqu’à justifier la mort de jeunes Marocaines par leur simple présence dans ce lieu ». « Cela est inadmissible ! Stop au silence, stop à la complaisance face à de telles dérives, il est temps que la société civile, les personnes éprises de paix, de bon sens et refusant de voir une partie de sa population- et en particulier de sa jeunesse – prise en otage par ceux qui n’ont d’autre but que de “daechiser” les esprits avant de les transformer en chair canon, réagissent » s’insurgent-ils.

Ces femmes et ces hommes issus de la société civile –ils sont journalistes, artistes, écrivains, activistes et par-dessus tout citoyens épris de tolérance et de paix - ont décidé de briser le silence et de se dresser contre la culture de la haine. « L’ignominie fait son lit jusque sur les réseaux sociaux où publications et commentaires faisant l’apologie d'actes terroristes et d'incitation au terrorisme grossissent en un torrent nauséabond emportant toute humanité sur son passage. Certes l’incitation à la haine, à la violence n’a pas attendu la naissance du web pour gangréner les esprits et armer les bras mais la toile en a démultiplié l’impact et fait sauter toutes les barrières. Sans remonter loin dans le temps il suffit de relire les posts faisant l'éloge de Mevlut Mert Altintas, l’assassin de l'ambassadeur russe Andereï Karlovb le 19 décembre à Ankara » font-ils valoir.

Pas question de baisser les bras ni de se faire une raison. En l’absence de gouvernement, les signataires de cette lettre ouverte demandent au conseil national des droits de l’homme la création d’une commission - réunissant tous les acteurs concernés - afin de veiller à ce que l’apologie du terrorisme, où qu’elle se manifeste, soit sanctionnée et mettre sur pied une politique de prévention et d’éducation (écoles, maisons de jeunes, médias, tissu associatif, réseaux sociaux, mosquées...) de façon prioritaire.

Plusieurs dizaines d’artistes, écrivains, cinéastes, journalistes, activistes figurent parmi les premiers signataires de cette lettre ouverte contre l’apologie du terrorisme .Narjiss Nejjar, Noureddine Lakhmari, Samira Sitail, Leila Ouachi, Fatiha Layadi, Sana Elaji, Fatna Elbouih, Reda Dalil, Abdeilah Souadka, Fatima Moumen, Driss Ksikess , Ahmed Ghayet, Hicham Lahlou, Hassan Semlali, Monia Abdelali, Touria Majdouline, Amina Slaoui, Naima Zitan,Naïm Kamal tous les autres premiers signataires déclarent enfin « …être disponibles pour contribuer – chacun dans son domaine de compétences – et agir afin de mettre un terme à l’apologie du terrorisme qui menace notre société toute entière ».

Liste des premiers signataires : 

Narjis Rehraye Souadka

Leila Ouachi

Latefa Ahrrare

Nourddine Lakhmari

Driss Rouane

Hanane Fadili

Driss Jaydane

Samira Sitail

Youssef Jajili

Touria Majdouline

Jihane Bougrine

Valérie Morales Attias

Bahaa Trabelsi

Nawal Slaoui

Fadila El Gadi

Yannick Soussana Assor

Asmaa Chaabi

Fatiha Layadi

Hassan Semlali

Maxime Karoutchi

Hasna Daoudi

Hassan Alaoui

Albert Oiknine

Salah El Ouadie

Mehdi Alioua

Mohamed Merhari

Khouloud Kebali Sajid

Bouthaina Azami

Vanessa Paloma

Reda Dalil

Narjis Nejjar

Youssef Chehbi

Faysal Tadlaoui

Hicham Lahlou

Fatna El Bouih

Sanaa El Aji

Keltoum Ghazali

Seddik Khalfi

Maria Naciri

Bouchra Boulouiz

Khadija Dinia

Souad Mekkaoui

Halima Benzari

Aicha Zaimi Sakhri

Fatima El Moumen

Nicole El Grissy

Fouzia Benyoub Elouadie

Jaouad Benaissi

Mouna Kably

Hicham Khayat

Driss Belkahia

Nadia Doghmi

Khadija Bourara

Jessyca Azoulay

Farida Lahssani Ouazzani

Amine Lagssir

Hind Daif

Samba Soumbounou

Karim Bendaoud

Aziz Boucetta

Hakima Lebbar

Mouna Lahrech

Hakim Noury

Mehdi Mezouari

Carole Belharach

Abdelilah Souadka

Jalil Bennani

Younes Boumehdi

Assia Alaoui

Monique Elgrichi

Abdelmounim Dilami

Nasreddine Elfrit

Mokhtar Laghzioui

Hicham Elkhalfi

Houda El Fatimi

Najib Mikou

Ilham Alami

Ihssen Benbel

Khadija Boujanaoui

Mohamed Laghdaf

Aicha Akalay

Mohamed Tijini

Nadia Jebrou

Hanane Kharroubi

Driss Rouane

Aicha Simo

Jamal Mikou

Noria Yatim Karim

Amina Lotfi

Naim Kamal

Kaoutar Oudghiri

Hassania Laamri

Ahmed Ghayet

Monia Abdelali