Chronique d’une pandémie annoncée (II)

5437685854_d630fceaff_b-
14386
Partager :

Ahmed Rissouni, ex-président du MUR, Abderrahim Chikhi, acuel président et Ahmed Abadi Morchid d’Al-adl wa al-Ihsan

Dans ma tête résonne encore la voix de cet Imam, de je ne sais de quel pays, aperçu sur les réseaux sociaux. Enfiévré par la gravité de la situation, il déclame : Que d’épidémies l’humanité a endurées, que d’épreuves elle a subies, mais s’en est sortie. Il évoque le prophète et invite à se conformer à son penchant constant pour l’optimisme. La consolation vaut ce qu’elle vaut, mais elle est déjà dans le mieux à mille lieues de ce que le morchide (guide) d’Al-adl wa al-Ihassan assure : les virus, dont le coronavirus, Corona pour les intimes, sont les soldats invisibles de Dieu, son châtiment pour les pervertis.

Quand on y réfléchit c’est de bonne guerre. Il profite de ces instants de faiblesse, où, dans l’extrême impuissance, on a tendance au repentir, pour ratisser large. En même temps, je suppose que le morchide qu’il est, vit dans la piété loin de la dépravation et du pêché et de ce fait il est divinement vacciné contre le coronavirus. Je l’invite, pour nous montrer la voie et nous prouver sa vénération du Tout Puissant de se rendre dans une chambre d’hôpital où sont confinés des personnes atteintes du Covid-19 et de séjourner parmi eux quelque vingt-quatre à quarante- huit heures.

A l’autre extrême de la bêtise, quelques futés, au moment où instruction a été donnée de fermer les mosquées, ont écrit : si on avait construit autant d’hôpitaux que de mosquées on ne serait pas maintenant contraints de les fermer. Ça a peut-être fait sourire quelques-uns, mais ils ont raté de peu l’occasion de la fermer. La construction d’une mosquée et celle d’un hôpital ce n’est pas le même investissement. Pour l’une il faut une immense salle et un minaret, une hsira quand on est pauvres et des moquettes ou des tapis lorsqu’on est un peu plus nantis (les Mosquées styles Hassan II étant une exception), trois ou quatre locaux à louer pour assurer les charges de fonctionnement et un « morchide dini » qui a appris par cœur le Coran pour diriger les prières. Pour l’autre, il faut se lever tôt : des bureaux d’accueil et d’entrées, des salles d’auscultation et des urgences, des chambres et des lits, des blocs opératoires et des salles de réanimation, des scanners et des IRM, des infirmiers bac 14-de-moyenne plus deux, des médecins minimum bac plus 7 et des professeurs bac plus à l’infini … et j’en oublie.