Les vraies leçons du Boycott

5437685854_d630fceaff_b-
46012
Partager :

Ses détracteurs font une erreur sur l'homme. Aziz Akhannouch , sous ses airs de gentil garçon, ce qu'il est réellement, est élevé à la dure. Je n'ai pas de conseils à lui donner, mais je sais qu'il fera ce qu'il a l'habitude de faire. Tenir

Au delà de l'écume, des manipulations politiciennes, des outrances lâches des anonymes des réseaux sociaux, il y a de vraies leçons à tirer de la séance du boycott, de produits d'entreprises ciblées.

La réussite relative dénote une exaspération des couches moyennes et non pas des démunis face à la dégradation du pouvoir d'achat, mais aussi de ce que l'on appelle, et cela reste à prouver, la collusion entre le pouvoir et l'argent. Cette exaspération floue au départ, s'appuyant plus sur les frustrations sociales, la haine des riches, a fini par se développer, mûrir, et mettre sur la table le vrai problème, C'est à dire les politiques publiques, inspirées du tout libéralisme. La décompensation et ses effets pervers, sont, enfin dirais-je, mis en accusation.

Au point que le gouvernement affirme vouloir la revisiter en ce qui concerne les hydrocarbures, au moment où les prix mondiaux sont en hausse constante et pourraient atteindre les 90 dollars le baril d'ici l'automne. On entend même parler d'une compensation de la décompensation par une aide directe aux pauvres. Nous avons perdu près d'une décennie puisque cette formule était dans les cartons depuis 2009.

Ces débats sont le nœud Du problème, mais on ne peut évacuer les questions relevant du jeu politique. Le gouvernement globalement a très mal géré la crise, En la taillant d'abord, en répondant en ordre dispersé par la suite. L'alliance majoritaire n'en est pas une, Nous en avons la confirmation.

L'erreur Du Aziz Target

On a mis un homme au centre du cyclone, le PJD et le PAM ont clairement choisi de faire de Aziz Akhennouch la cible des contestations. Bouanou a même utilisé des procédés honteux qui en disent long sur son éthique. Président d'une commission parlementaire, il a préféré mettre le rapport de celle-ci sous le coude et utiliser un rapport de l'administration. "Il y a une société de distribution qui a multiplié ses gains par trois, passant de 3 milliards à 9". La toile s'en saisit, les armées virtuelles du PJD en premier contre... Aziz Akhennouch. Ce n'est qu'une semaine plus tard que Bouanou déclare qu'il s'agit de Total. Aucun potentiel gain politique ne justifie un tel manque d'éthique.

A Casablanca une manifestation avec 32 pick up, a eu lieu, exclusivement contre Aziz Akhennouch. L'aspect "Zeroual" signe le crime.

Akhennouch président du RNI, tente de faire le job, il s'organise, recrute de jeunes profils, se prépare. Les ruines du PAM, le PJD, y voient l'homme à abattre. Pour le moment ses soutiens sont rares et personne en haut lieu n'a sonné la fin du hallali. Si Afriquia est leader, sans profiter directement de la privatisation, c'est que celle-ci a divisé la concurrence après la disparition de la snpp et le retour des majors. Il n'y a aucune situation de rente ici. Ce message a peu de chances d'être entendu dans le vacarme des fake news. Pendant ce temps personne ne parle de la disparition de la Samir et de son impact.

Tous ces acteurs font une erreur sur l'homme. Aziz, sous ses airs de gentil garçon, ce qu'il est réellement, est élevé à la dure. Je n'ai pas de conseils à lui donner, mais je sais qu'il fera ce qu'il a l'habitude de faire. Tenir, continuer sa marche en avant, encaisser ses pertes. La sortie par le haut est à ce prix. Et en définitive, dans quatre ans, l'arnaque intellectuelle aura sombré et des auteurs avec.