OCP et environnement : Fantasmes et vérités

5437685854_d630fceaff_b-
1282
Partager :

Deux ONGs helvétiques, “Swissaid" et “Bread for the future” ont publié un rapport à charge contre L’OCP qui “ne respecterait pas les critères internationaux du respect des droits de l'homme". Cette référence aux droits humains, avec insistance tout au long du résumé publié par l'un de nos confrères est lié au fait que ces ONG sont membres d'un collectif qui prépare un référendum pour demander aux Suisses de faire de la question du respect des droits de l'homme une barrière à l’entrée d la confédération.

L’OCP, comme toutes les industries chimique a une empreinte écologique, nul ne le conteste. Mais ce que nous présente ce rapport n'est en rien  étayé scientifiquement , parcequ’il ne nous dit pas quel est le laboratoire qui a procédé aux analyses et quelles sont ses références. Tout ce qui est écrit a déjà été publié par une presse locale proche de mouvements tres liés à des organisations hollandaises anarcho-vertes, qui prônent la décroissance et la fin du capitalisme.

Ce positionnement pousse à la malhonnêteté intellectuelle, citons quelques exemples:

- Le résumé parle de danger pour les ouvriers, de morts, de cancers, de maladies respiratoires. C'est une situation qui existait il y a près d’un demi siècle. C'est cette situation qui justifiait le départ tres précoce à a retraite pour les mineurs, puis pour ceux qui travaillaient sur la ligne. Ce n'est plus le cas depuis longtemps. Les hôpitaux des villes phosphatieres en témoignent, il n'y a pas d’épidémiologie spécifique aux ouvriers OCP, grâce justement à tout les acquis scientifiques et aux efforts fournis par le service médical de l'OCP, le meilleur au Maroc.

- Les syndicats OCP mènent des luttes sociales, ouvrent parfois des conflits sur des revendications matérielles. Mais depuis des décennies les problèmes sanitaires ont disparu des communiqués. Les rédacteurs affirment qu'ils ont eu le témoignage de syndicalistes. Ils ont dû les chercher à la loupe parcequ’aucune centrale ne traite ce thème depuis des lustres.

- Les terres environnantes et les populations sont impactées par les particules fines, c'est une évidence. Mais la malhonnêteté encore une fois c'est de calquer des situations très anciennes sur le présent. Le problème du fluor est quasiment éradiqué. Il était prégnant aux Ouled Abdou, à Khouribga, il ne l'est plus pour les nouvelles générations.

L'OCP a fait beaucoup d’investissements pour diminuer les émissions de particules fines, diminuées de 80% en dix ans. Alors que Khouribga consommait l'eau en puisant sur la nappe phréatique du Tadla, l'OCP a développé, par le biais d'investissements tres lourds d'autres sources d'eau pour le lavage de la Roche. De même il produit sa propre énergie par des technologies des plus innovantes. Tout cela est documenté, il faut juste chercher l'information à la bonne source. Alors que commercialement il ne traite qu'avec des distributeur,  l'office a tout un programme visant les agriculteurs. Tous ces efforts méritent d’être soulignés dans un travail sérieux. De même que l'on peut souligner la construction de villes vertes et le reboisement de villes phosphatieres.

Que l'industrie des engrais ait un impact écologique, c'est certain. Mais la ville de Safi n'est pas la plus polluée du Maroc, elle se classe loin derrière Mohammedia, Casablanca ou encore…Marrakech

La mauvaise foi des deux ONGs helvétiques est si patente tant ells ne tiennent pas compte des besoins planète. Sur la Bleue, les terres arables diminuent et la population va atteindre les dix milliards de personnes tres bientôt. Et déjà se pose dans l’urgence le problème de comment les nourrir?