Rachida DATI: le droit d'être de droite

5437685854_d630fceaff_b-
2875
Partager :

Les propos de Rachida DATI sur les ondes de FranceInfo le vendredi 21 février, au sujet de la double tuerie raciste en Allemagne, visant deux bars à chicha fréquentés par des kurdes et des turcs, ont provoqués une multitude de réactions. Rachida Dati, a mis en cause la chancelière allemande, Mme Merkel qui « n’a pas mesuré les conséquences de sa politique… Elle paie au prix fort cette ouverture massive des frontières ». 

En campagne électorale pour la Mairie de Paris pour les Républicains, l'ancienne ministre de Sarkozy, se saisit de cet évènement tragique pour porter des critiques à l'égard d'Anne HIDALGO, sa première concurrente et Maire socialiste sortante, qui, selon Rachida DATI, s'inspire de l'idéologie laxiste de Merkel à l'égard des réfugiés à Paris : « l’hébergement d’urgence à Paris, beaucoup de places sont occupées par des migrants excusables». Cela a conduit, selon Rachida Dati, à « la dépossession de l’espace public et privé des Parisiens du nord et de l’est de Paris » et à « une explosion de la délinquance ».

Boostée par un dernier sondage qui la propulse en 2ème position derrière la maire sortante, Rachida Dati cherche probablement à redynamiser sa campagne, avec une dose d'agressivité dans les propos. 

Si des politiques proches du Rassemblement Nationale de Marine Le PEN, trouvent que Rachida a tout à fait raison de dénoncer cette ''erreur monumentale'' d'ouverture massive des frontières, le camp d'Anne Hidalgo a fustigé ce lien qui est fait, entre réfugiés, délinquance et terrorisme. Jusqu'à là tout va bien. C'est une guerre classique entre droite et gauche pour une élection majeure, la conquête de la Mairie de Paris.

Cependant, sur les réseaux sociaux certains commentaires notamment sur des sites communautaires font entendre un autre son de cloche. A titre d'exemple, un site communautaire, aborde le sujet, et rappelle bien dans son introduction, comme si le nom de Rachida ne suffisait pas, que celle-ci est « née de parents immigrés maroco-algériens ». Les commentaires vont bon train pour dénoncer « la fille d'immigrée qui se renie…l'arabe de service…celle qui oublie d'où elle vient ». Lorsqu'un politique de droite, ''blanc'', fait une déclaration sur l'immigration ou les réfugiés, ses détracteurs pourront toujours dénoncer ses propos d'extrême droite, mais il n'est jamais renvoyé à ses origines, italiennes, espagnoles ou polonaises.

Enfin, sans partager les orientations politiques de Rachida DATI, c'est son droit absolu d'être de droite.

Sur d'autres questions, c'est pareil, pour certains Maghrébins, il n'y a point de pluralité politique ou d'opinion, il n'y a que des traîtres !