Un sommet charnière

5437685854_d630fceaff_b-
1207
Partager :

Rabat plaide depuis longtemps pour la prise en compte de tous ces bouleversements géostratégiques, non pas pour s’y plier, mais pour les affronter

Le 28e sommet de la Ligue d’Arabe, celui d’Amman, se tient dans une situation de chaos. L’organisation, elle-même, est fragilisée par les divergences, accentuées par le fameux Printemps Arabe et ses effets désastreux, qui, à part en Tunisie, n’ont abouti qu’aux guerres civiles. La Syrie, l’Irak, le Yémen, la Libye, sont des zones de guerre. Les pays voisins en pâtissent. La Jordanie et le Liban reçoivent des réfugiés dont le poids économique est insupportable pour ces deux pays. Mais au-delà, il faut répondre à des changements géostratégiques d’importance, voire même décisifs.

Aux États-Unis Donald Trump, selon ses déclarations, sa nouvelle vision par rapport au conflit Israélo-palestinien, considère que la solution des deux États n’est pas l’unique solution. Mais en plus, l’administration Trump veut renforcer la lutte anti-terroriste, sans s’impliquer dans les conflits régionaux. La Russie est omniprésente. D’abord par son rôle en Syrie, mais aussi en Libye où elle soutient militairement le Général Haftar. Elle soutient aussi certains pays arabes. Les États membres de la Ligue Arabe sont face à un champ de mines et une situation compliquée par l’intervention de l’Iran et de la Turquie, acteurs régionaux dont les objectifs sont diamétralement opposés. Les mauvaises relations de l’Irak avec les monarchies du Golfe sont le produit de l’influence iranienne. L’intervention militaire turque en Irak, en Syrie, visant les Kurdes avant les jihadistes, n’est pas un élément de préservation de l’unité de ces pays, ni un facteur de réussite de la lutte anti-terroriste. C’est dans cette situation de chaos, de mouvements migratoires jamais connus par le passé, de défaillances des États, de nombre de morts au quotidien défiant le respect de la vie humaine, que se tient le Sommet d’Amman. Il faudra aux chefs d’État beaucoup de pragmatisme et d’ingéniosité, pour trouver les réponses adéquates à tous ces défis, dans un consensus qui ne soit pas formel et qui fixe un horizon de pacification des pays en guerre tout en sauvegardant leur intégrité territoriale, de soutien à la cause palestinienne, de résistance à l’interventionnisme des forces régionales, en particulier l’Iran et la Turquie, mais surtout de réponse commune face aux deux hyperpuissances, les USA et la Russie.

Rabat plaide depuis longtemps pour la prise en compte de tous ces bouleversements géostratégiques, non pas pour s’y plier, mais pour les affronter. Sur l’intégrité du Bahreïn, sur la Syrie, sur la Libye, le Maroc a été aux premières loges. L’unique espoir de la pacification de la Libye est l’accord de Skhirat. Le Roi du Maroc est porteur d’une vision qu’il a déjà explicitée dans son discours adressé au Sommet de Nouakchott. Amman doit s’élever à ce niveau de complexité et de responsabilité. Un échec ajouterait du chaos au chaos actuel.