chroniques

Oui, alors et alors, je ne regrette rien. Mais je ne peux me résoudre à accepter ce que le CCME est devenu. J’entends ne pas être, par mon silence, le complice de cette forfaiture...