Mawazine 2019 : Chellah, des sons et du sens

5437685854_d630fceaff_b-
468
Partager :

 

Rabat - Avec son histoire, ses murailles imposantes et sa vue qui domine la vallée du Bourgreg, le site historique du Chellah est une remontée dans le temps enivrante de récits et de beauté.

Offerte aux musiques du monde, la scène du Chellah a réussi, grâce à une programmation spécifiquement dédiée, à ne pas trop perturber l’authenticité de l’espace à la grandeur de cet espace, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Pour sa 18ème édition, Mawazine n’a d’ailleurs pas failli à sa réputation et aux goûts musicaux de ses hotes d’exception. C’est donc avec engouement que les artistes conviés à se produire sur cette scène iront à la rencontre d’un public avide de découverte et de voyage musicaux.

C’est de l’Inde que débutera ce voyage avec Kawa Generations, formation composée de membres de Khan, famille de grands musiciens originaire du Rajasthan, partagera samedi 22 juin, avec les festivaliers les répertoires traditionnel, folklorique et classique indiens qu’elle s’accorde à exporter.

Le lendemain, c'est le groupe turque de She’Koyokh Quintet, qui mêle merveilleusement répertoires klezmer et balkanique, qui assurera la relève avec Çi?dem Aslan, Susi Evans à la clarinet, Matt Bacon à la guitare, Zivorad Nikolic à l’accordéon et Christina Borgenstierna aux percussions.

Chellah musée à ciel ouvert

Changement de cap lundi 24 juin, à travers une escapade en Europe de l’Est avec Marcela & los Murchales, formation qui proposera au public venu se prélasser sur les mélodies du groupe, des sons de la musique tzigane slovaque de cette portée par la voix sensationnelle de Marcela Cisarova.

Mardi 25 juin, place à l’univers du flamenco avec l’Espagnole Alba Morino, qui sera accompagnée à l’occasion par Joselito Acedo à la guitare, se donnera à un spectacle de flamenco "Recordando a Lole y Manuel" qui ne manquera pas d’époustoufler les connaisseurs tant par ses émotions que par son histoire.

Retour dansant en Inde, mercredi 26 juin avec la compagnie Sharmila Sharma, figure incontournable de la musique, du chant et de la danse kathak, qui replongera à nouveau l’audience dans une ambiance indienne, le temps d’une performance marquée par la chanteuse Madhubanti Sakar, le tabliste Prabhu Edouard, le flûtiste Henri Tournier et le sitariste Michel Guay.

L’Iran s’invite le jeudi 27 juin avec Shahrokh Moshkin Ghalan, acteur, danseur et metteur en scène iranien qui prendra le relais avec "Paradoxe". Une création originale à travers laquelle l'artiste, la chanteuse Aïda Nosrat, la joueuse de tar et directrice musicale, Sogol Mirzaeï, la joueuse de kanoun Christine Zayed et la percussionniste Saghar Khadem, feront voler les spectateurs vers d’autres cieux.

L’Europe de l’Est revient vendredi 28 juin par l'intermédiaire de Dan Gharibian Trio, qui invite à une aventure auditive à travers son répertoire riche de chansons et de ballades tsiganes, arméniennes, grecques et russes. 

Combinant free jazz et musique klezmer, à la musette et aux rythmes de la Méditerranée, le groupe mise sur la voix distinguée de Dan Gharibian, fondateur du mythique groupe Bratsch.

Le voyage s'achèvera en Espagne avec Luis de la Carrasca, autodidacte de Grenade, qui clôturera les animations de la scène mythique du Chellah. Cette légende du flamenco nous viendra avec Flamenco Vivo… Ser Humano, représentation pour laquelle il sera accompagné de sa compagnie.

Chellah, musée au ciel ouvert, avec sa végétation et ses cigognes héritiers de son histoire, prête sa nature, sans pour autant se dénaturer, aux artistes qui s’y produiront et aux personnes qui savoureront leurs rythmes dans le recueilleument qu’imposent les lieux.