'' Positions et Propositions '' de Abdeslam Seddiki

5437685854_d630fceaff_b-
240
Partager :

Abdeslam Seddiki vient de publier aux éditions Dar Alqalam « Positions et Propositions », un recueil de chroniques quasi hebdomadaires publiées sur le journal Al Bayane durant la période juillet 2017-décembre 2018. Ces chroniques, que l’auteur a jugées utile de mettre à la disposition des lecteurs, ont en commun la méthodologie d’analyse et le regard prospectif qu’elles jettent sur le Maroc de demain.  

Elles sont aussi une sorte de témoignage enrichi d’une expérience vécue sur le terrain puisque l’auteur a occupé des fonctions diverses : Professeur universitaire depuis 1980, parlementaire, militant politique et associatif et Ministre de l’Emploi et des Affaires Sociales entre 2013 et 2017.  

 

Cette dialectique entre la théorie et la pratique est présente en permanence dans ses écrits.  Analyser, critiquer et proposer c’est le fil conducteur de toutes les chroniques.  L’auteur n’hésite pas à exprimer ses convictions en les assumant. Il le fait sans verser dans le dogmatisme et croit aux vertus de la critique comme il a tenu à le préciser : « En mettant à la disposition des lectrices et lecteurs ces chroniques, je demeurerai attentif à leurs observations et critiques et j’espère qu’ils seront nombreux à le faire ».

Rares sont les politiciens marocains, qui ont immortalisé leur expérience politique avec des écrits. Seddiki a opté pour l’originalité, sans travestir l’âme du texte. Aux dires de l’ex-ministre « C’est une pensée en mouvement où aucune modification n’y est introduite ». Pour lui, « écrire, c’est exister ».

« Positions et Propositions » est une œuvre  de cœur et de raison, celle  d’un militant qui a cristallisé ses convictions sous forme d’idées qui riment avec sa vision politique et sociale d’un Maroc inclusif pour tous.

PROLOGUE : Un récit de convictions et d’engagements

A la demande de plusieurs amis et proches, j’ai décidé de réunir dans ce présent ouvrage mes chroniques publiées au cours des deux dernières années sous le titre évocateur « positions et propositions ».

Ces chroniques ont été publiées de façon quasi hebdomadaire et s’étalent sur la période juillet 2017 - décembre 2018. Elles ont été regroupées par ordre chronologique pour une raison simple : permettre aux lecteurs de les situer dans leur contexte du moment et ainsi être lues et appréciées comme telles. Ces billets cristallisent les enjeux politiques, économiques et sociaux du Maroc d’aujourd’hui, et sont aussi par les propositions qui sont avancées, une fenêtre ouverte sur l’avenir. D’ailleurs, je me suis abstenu, à bon escient, d’y introduire le moindre changement ni dans la forme, ni dans le fonds. Elles sont datées et elles doivent le rester. C’est une pensée en mouvement !

Auparavant, j’ai eu l’honneur d‘occuper une haute fonction publique en tant que Ministre chargé de l’Emploi et des Affaires Sociales pendant une période de trois ans et demi (octobre 2013 - avril 2017). L’exercice d’une telle fonction, prenante et exaltante, me laissait peu de temps pour l’écriture à l’exception de mes interventions publiques sous forme de conférences ou d’interviews accordés aux différents médias et qui portaient essentiellement sur les domaines dont j’ai eu la charge. 

D’aucuns me reprochaient à la suite de la publication de certaines chroniques sur ma page Facebook, un changement de position par rapport à la période durant laquelle je faisais partie de l’équipe gouvernementale. Je leur répondais que chaque fonction a ses exigences et ses codes sociaux. D’ailleurs, je n’ai jamais mis en veilleuse ou occulté mes convictions pour me dissoudre dans le moule gouvernemental et faire mienne cette fameuse expression « se soumettre ou se démettre ».  Mais je tenais à le faire dans les règles de l’art et dans le respect des procédures. On peut militer et servir son pays de différentes manières.

A travers le titre donné à ces chroniques, « positions et propositions », je voudrais exprimer mes convictions et rester fidèle aux engagements pris alors que j’étais encore étudiant il y a de cela près d’un demi-siècle.  Ce sont ces convictions que j’exprime sous forme de positions : convictions autour de valeurs de justice sociale, de partage, de solidarité, de patriotisme authentique, de responsabilité… Ces convictions sont acquises dans la vie et forgées dans l'expérience individuelle et collective.  Aussi, l’école politique et philosophique à laquelle j’appartiens m’a appris que seule la critique constructive est crédible. D’où mon souci de faire après analyse et critique, des propositions de solutions soumises nécessairement au débat. Cette démarche à la fois empirique et analytique est celle qu’on devrait inculquer à notre jeunesse. Une démarche de rigueur scientifique, d’exigence méthodologique. Bref, de responsabilité.

Les textes qui émaillent la présente publication portent sur des questions diverses. Elles vont de la macro-économie au politique en passant par la méso-économie (analyses sectorielles), le social et nécessairement des problématiques théoriques.  Il y a lieu toutefois de préciser que ces domaines de connaissance relèvent tous des sciences sociales qui peut être considérée comme « la mère des sciences » eu égard à l’interaction, à l’interdépendance entre l’économique, le politique, le social et le culturel … En outre, cette exigence méthodologique qui se retrouvait déjà chez Ibn Khaldoun (XIVème siècle) a été reprise par les fondateurs de l’économie politique au XIXème siècle puis par les courants marxiste et keynésien.  

En mettant à la disposition des lectrices et lecteurs ces chroniques, je demeurerai attentif à leurs observations et critiques et j’espère qu’ils seront nombreux à le faire. Ecrire, c’est exister. C’est aussi une forme de partage. Un partage du savoir qui est aussi important que le partage de l’amour.