Casablanca transie par la voix de Murray Head

5437685854_d630fceaff_b-
119
Partager :

Le grand chanteur écossais Murray Head a posé sa voix et sa guitare, mercredi soir à Casablanca, en un concert raffiné sur la scène Anfa du festival Jazzablanca, donnant la pleine mesure de son talent confirmé avec son hymne planétaire « Say it aint's so Joe ».

En recevant Murray Head, une icône de la scène britannique des années 1980, le festival a offert au public, lors sa quatrième soirée, un moment rare en compagnie d'un artiste pas comme les autres, à la fois incarnation de l’élégance so british et d’un talent inné d’auteur, de compositeur, d’acteur et de chanteur.

Sur la scène Anfa, devant un parterre de festivaliers composé de toutes les générations, Murray Head a donc livré pendant plus d’une heure et demi le meilleur de son répertoire, interprétant ses chansons à succès, dont Say It Ain't So Joe et One Night in Bangkok, les paroles étant à chaque fois reprises en chœur par le public. Un concert exceptionnel qui restera dans les annales de Jazzablanca.

Outre moment phare de cette 4-ème soirée du festival, la balade cosmique dans l'univers particulier de la "Pop Rêveuse et Electronique" d'Amine Dhobb. Ainsi, le Village et le Jazz Club ont tenu toutes leurs promesses en proposant une programmation éclectique de jeunes talents et d’artistes confirmés. Expérience inédite, entre fête et rêverie, la musique d’Amine Dhobb (Maroc) a captivé l’audience du Village avec une pop électronique qui puise son inspiration parmi Jon Hopkins et le shoegaze de Slowdive.

Toujours au Village, la performance de Meryem Aboulouafa (Maroc) n’a laissé personne indifférent, l’univers de l’artiste proposant un voyage unique à travers une multitude de continents sonores, tandis que Faty.S Project (Maroc) a symbolisé à merveille le mélange des cultures, mixant comme jamais le rock, la soul orientale et l’électro pop.

Enfin, les Hongrois de Kéknyúl ont continué à attirer les rockers, les fans de musique alternative et les amoureux du jazz : après un premier concert très suivi la veille, le groupe a renouvelé sa prestation de très haut niveau avec à la clé un funk et une soul avec des sons urbains de la dance music et du courant psychédélique.

Organisé avec l'appui de Casablanca event et animation, la Fondation BMCI et la Société Royale d’Encouragement du Cheval (SOREC), le Jazzablanca, qui se poursuit jusqu'au 16 avril, accueille une brochette de grands artistes venus des quatre coins du monde.

Le Festival propose aux musiciens confirmés et en herbe des masters class et des ateliers pour les enfants. Ils donneront lieu à une représentation publique au sein de l’Hippodrome Casa-Anfa,