Casablanca: Coup d'envoi de la 2ème édition du Festival Ciné-Ville

5437685854_d630fceaff_b-
312
Partager :

Casablanca - La deuxième édition du Festival Ciné-Ville s’est ouverte, mardi soir, à Casablanca par la projection du film documentaire "Six/douze" du réalisateur marocain Majid R’chich, à qui les organisateurs ont rendu hommage.

La cérémonie inaugurale de cet événement culturel, organisé par le Conseil de la région Casablanca-Settat en partenariat avec la Fédération nationale des Ciné-clubs (FNCCM), a été également marquée par un autre hommage à l'endroit de l’actrice libanaise Madeleine Tabar. 

Cette manifestation est destinée à contribuer au rayonnement culturel et artistique de la métropole, dont la notoriété a été consacrée à l'international par des chefs d'œuvre comme le film mythique "Casablanca", a fait savoir, à cette occasion, le vice-président de la région et coordinateur général du Festival, Abdelhamid Jmahri. 

Le 7ème art, en tant qu'expression de modernité, est intimement lié à l’espace urbain qui constitue une source d’inspiration pour les scénaristes et les réalisateurs, a-t-il souligné, notant que le Festival, qui aspire à une plus grande étendue artistique et géographique, offrira au public l'occasion de découvrir cette relation privilégiée entre le cinéma et la cité. 

De son côté, le directeur du Festival et président de la FNCCM, Abdelkhalek Belarbi, a indiqué que la particularité de cette édition est la programmation de huit films étrangers, tous axés sur la thématique de la ville et dont la majorité a été primée au niveau international.

Le Festival a une vocation régionale à travers des activités programmées dans plusieurs villes de Casablanca-Settat, s'est-il félicité, mettant en avant la tenue d'une compétition régionale du court-métrage.

La compétition officielle met en lice des productions nationales et étrangères. Le programme de cette manifestation comporte aussi la signature du livre "Image et sens" de Mohamed Noureddine Affaya, une conférence-débat animée par l'homme de cinéma Noureddine Sail, ainsi que des rencontres avec les professionnels, des critiques et des urbanistes.