Ce quotidien brésilien tombé sous le charme de Rabat

5437685854_d630fceaff_b-
753
Partager :

Le quotidien brésilien "O Globo" a consacré, dans son édition du week-end, un article à Rabat, une ville gardienne des traditions et d'un patrimoine riche et diversifié

Dans cet article intitulé "Couleurs et saveurs de Rabat, la capitale du Maroc", le journaliste Victor Costa propose à ses lecteurs un tour dans la vieille médina de Rabat, connue pour son enchevêtrement de ruelles et d'échoppes spécialisées "où se rencontrent les arômes et les saveurs de tout le Maroc".

"La capitale marocaine Rabat est une ville gardienne des traditions. Elle n’est pas aussi européanisée que Casablanca, Marrakech ou encore Tanger", écrit l’auteur, non sans avoir donné un large aperçu de l’histoire de la ville, fondée en 1150 et des caractéristiques de la vieille médina avec ses ruelles sinueuses mais aussi de la ville nouvelle avec ses bâtiments modernes. "Les murs fortifiés donnent à la médina de Rabat l’aspect d’un village médiéval bien préservé, tandis que son enchevêtrement de ruelles offre au marché populaire l’aspect d’un trésor bien gardé", souligne-t-il dans cet article publié dans la rubrique Boa Viagem (bon voyage). "Loin du bruit typique des grandes villes, la vue et l'odorat se libèrent", écrit le journaliste, en faisant allusion à la profusion d’épices et d’encens en tout genre qui parfument les allées de la Médina, mais aussi l’immense variété de produits proposés aux chalands marocains mais aussi étrangers.

L’article revient également sur la pratique de la négociation des prix si caractéristique de la culture arabe en général, en relevant qu’il est amusant de regarder la réaction des vendeurs lorsqu’un client entre dans le magasin ainsi que la danse subtile de propositions et contre-propositions pour l’achat d’un produit.

Costa a aussi mis en relief le sentiment de sécurité qu’offre Rabat et sa médina, ainsi que le climat de liberté qu’offre cette cité aux touristes par rapport aux autres pays arabes.