Coup d’envoi à Fès du 17ème festival international du cinéma et d’éducation

5437685854_d630fceaff_b-
708
Partager :

Le coup d’envoi de la 17ème édition du festival international du cinéma et d'éducation a été donné à Fès, à l’initiative de l'Association ‘’Espace de créativité pour le cinéma et le théâtre’’

La cérémonie d’ouverture de cette manifestation culturelle, initiée en partenariat avec la commune de Fès et l’Institut français de Fès, a été marquée par un hommage rendu à l’artiste Mohamed Khachla, en reconnaissance à son parcours artistique dans les domaines du cinéma, du théâtre et des arts.

S’exprimant à cette occasion, le directeur du festival, Mohamed Farah Laouane, a souligné que cet événement culturel a accumulé, au fil des éditions précédentes, une longue expérience qui en fait une tribune permettant aux jeunes de la ville de Fès de s’ouvrir sur les cultures des autres peuples et de rencontrer des professionnels du domaine.

Ce rendez-vous cinématographique tend à créer des opportunités de communication et d’échange des expériences entre les participants et initier des débats sur le cinéma et l’éducation et leur rôle dans la relance de l’activité culturelle, a-t-il ajouté.

Mohamed Farah Laouane a aussi relevé que le festival vise à promouvoir l’animation culturelle de la cité, sensibiliser les jeunes à l’analyse de l’image et à encourager les sociétés de production à s’ouvrir davantage sur la thématique du cinéma et éducation.

Cette année les films en compétition sont : ‘’souvenirs d’une mémoire’’ de Oumayma et Ikram, ‘’je veux’’ de Sabrine Taibi, ‘’pistolet d’eau’’ de Hassan Chani, ‘’réalité d’un rêve’’ de Rachid Boukim (Maroc), ‘’orientals at the rhine’’ de Shadi Zeidan (Liban), ‘’le coucher de soleil’’ de Fatteh Diouiri (Allemagne), ‘’vision’’ de Khadr Ben Doukha (Tunisie), ‘’je suis là et personne ne s’intéresse’’ de Robin Nicolina Gustafsson (Suède), ‘’le joueur de Domino’’ de Hakima Traidia (Pays-bas), ‘’d’un mur à l’autre’’ de Rachida Chbani (Belgique), ‘’mon prénom Mohamed’’ de Malika Zairi (France), ‘’Barsaati’’ de Priyanaresh (Inde).

Le jury, présidé par la jeune artiste franco-libanaise, Sirine Achkar, est composé de la cinéaste française Emmanuelle Grifin (France), de la réalisatrice marocaine Bouchra Ijork (Maroc) et des critiques marocains Boubker Hini et Abderrahim El Haloui.

Cette 17ème édition sera ponctuée par des sessions de formation axées sur les techniques de tournage d’un court-métrage et une cérémonie d’hommage à des figures nationales du cinéma marocain.

Selon l’association organisatrice, le festival s'inscrit dans le droit fil de la vision stratégique de la réforme de l’enseignement 2015-2030, particulièrement l’article 99 relatif à la mise en place d’une école nouvelle intégrant la dimension culturelle.

L’édition précédente a été marquée par la participation de plusieurs pays, dont l'Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la Tunisie, l'Egypte et la Côte d'Ivoire, outre de jeunes talents artistiques de différentes académies régionales d'éducation et de formation du royaume.