De Tombouctou à Zanzibar, les trésors d’Islam en Afrique

5437685854_d630fceaff_b-
422
Partager :

L’Académie du Royaume, en partenariat avec l’Institut du Monde arabe, le ministère de la Culture et de la communication et la Fondation nationale des musées du Maroc, organisera du 16 octobre 2019 au 25 janvier 2020, une exposition dont le thème porte sur "Trésors d’Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar"

A travers cette exposition, l’Académie tend à consacrer la convergence et l’interférence entre les différents champs du savoir que ce soit scientifique, académique ou artistique, a-expliqué M. Abdeljalil Lahjomri, secrétaire pérpetuel de l'Académie du Royaume du maroc, soulignant qu'elle mettra en évidence la recherche scientifique dans les divers domaines comme l’histoire et l’anthropologie.

13 siècles d’histoire

L’exposition "Trésors d’Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar" met en exergue 13 siècles d’histoire à travers un voyage dans le temps alliant l’art, l’archéologie, l’architecture et l’ethnographie dont témoignent prés de 250 œuvres d’art patrimoniales et contemporaines provenant de collections publiques et privées du Maroc, d’Afrique et d’Europe.

Construite autour d’un parcours qui s’étale sur 3 étapes (les chemins de l’islam, les gestes du sacré et les arts de l’islam au sud du Sahara), cette exposition explore les liens étroits, passés et présents, tissés entre le monde arabo-musulman et l’Afrique subsaharienne et ambitionne d’ouvrir le monde arabe sur les autres cultures et civilisations avec une approche pédagogique appropriée et visant un large public.

Cette exposition explore le sujet inédit des cultures de l’islam en Afrique subsaharienne. Elle s’attache à relater l’histoire de la diffusion de l’islam en Afrique subsaharienne et à montrer pour la première fois la production artistique de ces sociétés musulmanes.

Pour rendre compte de l’ampleur et de la richesse de ce phénomène culturel, l’exposition présente des productions de trois espaces géographiques : l’Afrique de l’Ouest, la Corne de l’Afrique et la haute vallée du Nil, et l’aire swahilie. Ces régions correspondent aux contacts les plus anciens et fructueux entre le monde arabo-musulman et ce qui a longtemps été appelé le Bilâd al-Sûdân ("pays des noirs").

Si l’islam naît en 622 dans la péninsule Arabique, ce n’est que progressivement qu’il gagne l’Afrique subsaharienne. La première partie explore les différentes voies de l’islamisation. Dès le VIIIe siècle, l’islam pénètre au sud du Sahara avec les réseaux commerciaux qui se dessinent à l’est puis à l’ouest avant de se diffuser par le biais des grandes routes de pèlerinage et des centres de savoir. Le rôle des pouvoirs politiques dans l’islamisation des sociétés s’est parfois imposé avec force et a marqué l’histoire par de grands jihads.

Le parcours présente ensuite la richesse des pratiques religieuses du continent africain. Le rôle des confréries soufies apparaît comme essentiel dès les 18e  et 19e siècles. Par ailleurs, les croyances anciennes perdurent et évoluent avec l’islam, en particulier à travers le recours aux talismans.

Enfin, l’exposition se termine en donnant pour la première fois toute sa place aux arts de l’islam au sud du Sahara. Cette dernière section invite le visiteur à une expérience sensible qui met en évidence la diffusion de formes et de savoir-faire à travers le continent. Il pourra aussi mesurer les particularités stylistiques et techniques qui ont contribué au rayonnement des populations du sud du Sahara.

Dans cette découverte, l’écriture nous sert de guide : son rôle au fil des siècles dément la conviction partagée d’une transmission uniquement orale de l’histoire en Afrique.

Cette exposition est l’occasion des réunir des œuvres jamais présentées au public. Elle fait aussi dialoguer les disciplines : l’artisanat, le patrimoine immatériel, les objets du quotidien, les pièces historiques rencontrent l’art contemporain.

Les axes de l’exposition

-Les chemins de l’islam : Cet axe met l’accent sur les échanges entre le nord et le sud du Sahara ainsi que sur les routes commerciales. L’aire géographique définie, s’étend du Sud de l’actuelle Egypte à la Somalie.

-Les gestes du sacré : Cet axe met en scène l’architecture religieuse, ces lieux de culte en mettant en exergue la diversité des pratiques de l’islam et des confréries sous toutes leurs formes (Shadiliya, Tijanaiya, Mouridiya ..).

Cette dimension sacrée sera mise en scène par des objets, des films et photographies avec tout ce qui accompagne l’expression du culte, à savoir, musique, objets de culte, richesse des cérémonies, chants, masques : le sacré côtoyant le profane à travers les rites magiques et l’écriture.

Les arts de l’islam au sud du Sahara : Cet axe met en exergue l’importance de la mobilité des populations musulmanes et notamment des artisans a permis la rencontre des savoir-faire, des techniques et des styles, broderie, calligraphie ou encore vannerie ; autant de disciplines qui témoignent de leurs spécificités et qui mettent en avant les différents foyers de créativité représentés : objets, manuscrits, formes et techniques.

L’exposition a lieu au musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, Galerie Bab El Kébir et Galerie Bab Rouah et s’y déroulera jusqu’au 25 janvier 2020.