Deuxième édition de l’escale Ouled Mogador Music Action

5437685854_d630fceaff_b-
3050
Partager :

L'association Yerma Gnaoua et le festival Gnaoua et musiques du monde lancent la 2ème édition de la formation artistique Ouled Mogador Music Action 

Une dizaine de formations d’Essaouira a répondu à l’appel à résidence. Parmi ces dix, une a été  retenue. Il s’agit notamment de « Diappa-Zone ».

Le jury, composé de professionnels de la musique et de représentants des partenaires coorganisateurs (Le Boulevard des Jeunes Musiciens, La Fondation Touria & Abdelaziz Tazi, et la Fondation HIBA), s’est basé sur différents critères dont l’originalité des compositions  de la formation, la qualité de la production, le niveau artistique ainsi que la prestation scénique.

Du 13 au 23 décembre courant, cette formation d’Essaouira bénéficiera de huit ateliers de formation : de la composition à l’enregistrement, en passant par le coaching vocal, les techniques scéniques, la communication digitale, le développement de l’image du groupe et la technique.

L'essentiel des étapes de la production musicale leur sera expliqué et enseigné par des professionnels du secteur.

A l’issue de la résidence artistique, Diappa-Zone mettra en pratique ses nouvelles connaissances et donnera 3 concerts dans 3 différents lieux : d’abord à La Renaissance, le 21 décembre à Rabat (20H00), ensuite à L’Uzine, le 22 décembre à Casablanca (20H00) et enfin à Boultek, le 23 décembre à Casablanca (20H00).

Trois grands maâlems parraineront les trois concerts programmés : Maâlem Hamid El Kasri, Maâlem Hassan Boussou et Maâlem Said Oughassal.

Pour rappel, le projet Ouled Mogador Music Action, est un programme d’accompagnement artistique et de soutien des jeunes talents de la ville d’Essaouira, lancé à l’initiative de l’association Yerma Gnaoua et de l’agence A3 Communication en 2015. 

Ce projet s’applique à offrir des formations aux métiers de la musique et leur permettre de se perfectionner, gagner en visibilité et en savoir-faire.

Le projet OMMA a choisi de s’appuyer sur le soutien de partenaires engagés et expérimentés dans le développement culturel de la jeunesse marocaine, et ayant réussi à développer des infrastructures : l’AEC L’Boulvart (Boultek), la Fondation Abdelaziz et Touria Tazi (L’Uzine), et la fondation Hiba.