Fès célébre la deuxième édition du festival de diplomatie culinaire

5437685854_d630fceaff_b-
1110
Partager :

Le coup d’envoi de la 2ème édition du festival de Fès de diplomatie culinaire, initiée sous le signe "Diplomatie culinaire dans le monde méditerranéen: Les recettes de Ziryâb", a été donné ce jeudi 27 avril, en présence d’un panel de convives marocains et étrangers.

Organisé par l'agence d'ingénierie culturelle "Parchemins concepts", le festival, en miroir avec les expériences de Zyriâb, engagera une réflexion sur la façon d’intégrer, dans l’approche politique et diplomatique contemporaine, des dimensions culturelles essentielles, ont indiqué les organisateurs lors de la cérémonie d’ouverture de cette manifestation culturelle qui se poursuit jusqu’au 30 courant.

Ce festival s'appuie sur un concept d'une grande originalité qui consiste à mettre les arts culinaires au cœur du dialogue et des échanges interculturels et constitue un événement annuel qui s'annonce avec le printemps pour inviter les différentes cultures méditerranéennes à se mettre « autour d'une table » pour évoquer leurs patrimoines et cultures communes et susciter un dialogue entre les deux rives.

Pour le président de l'agence d'ingénierie culturelle "Parchemins concepts", Faouzi Skali, le festival est l'occasion idoine de présenter et faire valoir la gastronomie marocaine dans ses relations avec les autres grandes gastrotomies mondiales. « C'est l'une des approches diplomatiques de ce festival », a-t-il dit.

Beaucoup de pays ont pris conscience de l'enjeu actuel de la diplomatie culturelle, a-t-il relevé, soulignant que la France a largement investi dans ce qu'il est désormais convenu d'appeler la « diplo-gastronomie » placée sous les auspices du chef Alain Ducasse.

D'autres pays, comme le Pérou, ont réalisé des résultats spectaculaires à la faveur de cette stratégie active, a-t-il ajouté, précisant que le Maroc dispose non seulement d'un patrimoine gastronomique mondialement reconnu mais possède aussi depuis des siècles une expertise exceptionnelle en matière de « gouvernance interculturelle ».

« Cette capacité à développer une identité vivante, plurielle, évolutive, créative tout en restant ouvert sur l'ensemble des cultures du monde », a-t-il dit.

Le directeur pour les affaires culturelles de l'ONU à Genève, Francesco Pisano a tenu à préciser que la diplomatie culturelle est depuis toujours une pratique importante entre Etats et entre Etats et peuples du monde. L'art culinaire en fait partie depuis toujours.

Selon Pisano, le festival de Fès met en avant la capacité de la cuisine à rassembler les hommes et les femmes, notant que l'événement est une occasion importante de réflexion et de partage.

L'édition de cette année sera rehaussée par la participation de la grande cheffe marocaine Najat Kanaache. Saluée par le New-York Times et le Wall Street Journal, Najat Kanaache est détentrice de plusieurs prix internationaux, cette native de Taza a décidé après une belle carrière internationale et des expériences auprès des plus grands chefs de s'investir principalement dans la promotion de la gastronomie marocaine.

Outre des prestations artistiques et soirées (dîners/débats) organisées pendant le festival, l’art gastronomique mais également la musique et les arts ainsi que la réflexion intellectuelle seront des vecteurs privilégiés d’un échange interculturel.

Chaque année, ces cultures méditerranéennes inviteront l'art gastronomique d'un autre pays du monde à leur table. Ziryâb est un maître de l’art de vivre. A l’origine du paradigme andalou, il est celui qui, fuyant l’Irak pour le sud de l’Espagne, créa la musique andalouse. Véritable voyageur, il fut inspiré par l’art, les senteurs et les couleurs qu’il découvrait au fil de ses périples. Homme de lettres, astronome, penseur, géographe, et voyageur, les nombreuses disciplines auxquelles Ziryâb s’est prêté font de lui un exemple emblématique de l’échange interculturel et des influences.