FICLS : A la rencontre du cinéma et de la littérature

5437685854_d630fceaff_b-
460
Partager :

Safi - Si le Maroc compte une multitude d’événements dédiés au cinéma programmés tout au long de l’année, le Festival international cinéma et littérature de Safi (FICLS) a cette particularité d’être entièrement consacré aux films adaptés d’œuvres littéraires.

La 1ère édition de ce festival, prévue du 25 au 31 octobre courant à la cité de l’Atlantique, projettera essentiellement des films adaptés d’œuvres littéraires dont des romans, des nouvelles et des contes entre autres.

Cette manifestation culturelle offre ainsi une opportunité unique de réunir les auteurs d’œuvres littéraires et les éditeurs, d’une part, et les auteurs d’œuvres cinématographiques et producteurs, d’autre part, afin d’encourager l’adaptation des œuvres littéraires au cinéma.

Pour le président délégué du FICLS, Driss Chouika, le cinéma et la littérature sont deux modes d’expression différents mais bien complémentaires.

D’où, a-t-il expliqué, ce festival sera un moment d’échange privilégié très productif et générateur d’idées constructives capables de contribuer à l’évolution enrichissante de ces deux modes d’expression.

Le septième art n’a cessé, depuis ses débuts, de puiser son inspiration dans les œuvres littéraires qui ont gagné en célébrité grâce à ces adaptations au cinéma.

Pour les réalisateurs et les producteurs, parier sur un scénario s’inspirant d’une œuvre littéraire peut rassurer quant à la réussite de l’œuvre cinématographique. L’adaptation d’une œuvre littéraire au cinéma suscite toujours une curiosité de la part d’un public qui a déjà lu l’histoire, mais qui souhaite découvrir l’adaptation.

Toutefois, Driss Chouika déplore le fait que dans l’histoire du cinéma marocain, rares sont les œuvres littéraires, ne dépassant pas une dizaine, qui ont été adaptées au cinéma.

Tout en refusant de qualifier cette situation de "répugnance" entre les écrivains et les auteurs d’œuvres cinématographiques, ce cinéaste de renom opte, plutôt, à un appel au rapprochement entre ces deux modes d’expression, chose qui ne pourra qu’être bénéfique à la fois aux films cinématographiques et aux œuvres littéraires elles-mêmes.

La 1ère édition du Festival international cinéma et littérature de Safi a été justement conçue pour favoriser ce rapprochement entre les auteurs d’œuvres littéraires et les auteurs d’œuvres cinématographiques dans la perspective de dissiper ce "malentendu" entre les écrivains marocains et producteurs et réalisateurs cinématographiques.

Ces artistes appartenant à deux modes d’expression différents viendront échanger dans le cadre de ce festival afin de penser davantage à des projets communs, qui permettront d’une part d’enrichir les œuvres cinématographiques et d’autre part la diffusion des œuvres littéraires auprès d’un large public.

Il est à souligner que les œuvres cinématographiques qui seront projetées dans le cadre de ce festival, ont été adaptées au cinéma d’œuvres littéraires d’écrivains célèbres.

Dans la compétition officielle, on retrouve des œuvres littéraires de Fouad Laroui ("Sophisma", "une année chez les Français"), de Mahi Binebine ("Ima"), de Virginie Gimaray et Jom Roniger ("Dans le bain d’Hector"), Jean Genet ("Mort-Bois"), Marcel Dubé ("Au-delà du mur"), Marguerite Duras ("la douleur"), Evelyne Mpoudi-Ngolé (Petit Jo, enfant des rues"), F. Garcia Lorca ("la novia"), Léon Tolstoï ("Anna Karénine"), Ibrahim Issa (("Mawlana") et Romain Gary ("la promesse de l’aube").

La sélection des films adaptés (hors compétition) comprend elle aussi, des œuvres cinématographiques de renommée telles que "l’amante du Rif" de Narjiss Nejjar adaptée d’une œuvre littéraire de Noufissa Sbai, "la prière de l’absent" de Hamid Bennani adaptée du roman de Tahar de Benjelloun, "secrets d’oreiller" de Jilali Ferhati adaptée du roman de Bachir Damoun, "la terre" de Youssef Chahine adaptée d’un roman de Abderrahman Cherkaoui, "la faim" de Ali Badrakhan adaptée d’un roman de Naguib Mahfouz, "l’amour sur le plateau des pyramides" de Atef El-Taib adaptée aussi d’un roman de Naguib Mahfouz, "Diamond Dust" de Marwan Hamed adapté de l’ouevre littéraire de Ahmed Mourad, "Ouard Masmoum" de Ahmed Faouzi Saleh adaptée d’une œuvre de Ahmed Zaghloul Al Sheety, "Ward N°6" de Karen Shakhnazarov adaptée d’une oeuvre de Anton Tchekhov, et "Guerre et Paix" de Serge Bondartchuk adaptée du célèbre roman de Léon Tolstoï.

Des œuvres cinématographiques triées au volet qui visent à favoriser un dialogue multiculturel sur la base de regards croisés sur le cinéma et la littérature et c’est ce qui explique que le comité d’organisation ait mis deux ans à préparer ce festival.

Organisée par l’association Agora pour les Arts et "D&R productions" avec le soutien du ministère de la culture, de la jeunesse et des sports et en partenariat avec le Groupe OCP-Site de Safi et l’Ordre des avocats de Safi, la 1ère édition du Festival international cinéma et littérature de Safi comporte la projection de 09 longs métrages adaptés. 7 Courts métrages adaptés dans le cadre de la compétition officielle issus du Maroc, la France, le Canada Québec, la Turquie, la Tunisie, l’Egypte, le Cameroun, l’Espagne, le Canada et la Russie figurent également au programme.

Le festival qui investira différents espaces de Safi (Cité des Arts, Cinéma Atlantide, des centres culturels, des maisons de jeunes, des internats d’établissements scolaires), comprendra également des projections en plein air sur la Place Moulay Youssef, outre des conférences portant sur les thématiques "cinéma et littérature : convergence et divergences" et "du roman au film : expériences particulières" ainsi que des ateliers au profit des jeunes de la région sur le scénario, l’image, la réalisation et le montage.

Au programme de cette manifestation aussi, des hommages rendus à des personnalités du monde du cinéma et de la littérature, dont le producteur et réalisateur camerounais Daniel Kamwa, la réalisatrice et scénariste Farida Benlyazid, la chanteuse de l’aita Aida, l’éditrice Layla Chaouni, le scénariste Ali Smai, l’avocat et cinéphile Abdellah El Ouezzani, en plus d’un hommage posthume à Michel Galabru, comédien français né à Safi en présence de sa fille Emmanuelle Galabru.

Le film "l’attentat" du réalisateur Ziad Doueiri fera l’ouverture de ce festival alors que le film marocain "Bamou" du réalisateur Driss Mrini sera projeté en clôture de cette manifestation artistique.

Le jury officiel de la première édition du Festival international cinéma et littérature de Safi sera présidé par le grand comédien et chanteur français Jean-Pierre Kalfon et composé du comédien français, Guy Paillot, le réalisateur marocain Abdelkader Lagtaa, le réalisateur et producteur luxembourgeois Ody Roos, l’éditrice marocaine Layla Chaouni et l’écrivaine marocaine Bahaa Trabelsi.