Khalil Hachimi Idrissi signe son nouveau recueil "La foi n'est convoquée que les jours de fête"

5437685854_d630fceaff_b-
1306
Partager :

La poésie est un genre d’écriture qui enrichit le journaliste et l’amène vers d’autres territoires que celui de la prose, vers une restitution du monde qu’il voit

Journaliste et écrivain Khalil Hachimi Idrissi a signé à Casblanca son nouveau recueil intitulé "La foi n’est convoquée que les jours de fête" sorti aux éditions la Croisée des Chemins.

"L’édition de ce troisième recueil, qui exprime toujours les mêmes considérations et questionnements sur le monde qui nous entoure et surtout sur la manière avec laquelle nous le lisons, constitue une étape dans un chemin d’écriture constant", a confié M. Hachimi Idrissi, dans une déclaration dans le cadre de la 23ème édition du Salon International de l'Edition et du Livre (SIEL).

Le directeur général de la MAP  a aussi fait remarquer que ses textes restituent cette difficulté à lire, à comprendre et à cerner les choses de la vie, ajoutant que l’écriture poétique, de manière générale, est un lyrisme sans concession "puisqu’on est dans des textes expurgés, dans l’essentiel et dans des expressions très singulières".

"L’écriture poétique reste une étape très privilégiée, sans concession, et qui impose une émotion très forte dans cette lecture du monde qui n’est pas très simple", a souligné Hachimi Idrissi.

Il a expliqué que ce genre d’écriture enrichit le journaliste, qu’il est, et l’amène vers d’autres territoires que celui de la prose, vers une restitution du monde qu’il voit.

A l'occasion de la signature de l'ouvrage, le directeur des éditions la Croisée des Chemins, Abdelkader Retnani a relevé que ce recueil de poèmes traite de thématiques "très fortes" et d’actualité, notamment celles liées aux attentats du 22 mars à Bruxelles et du Bataclan à Paris.

Il a, par ailleurs, fait savoir que ce florilège de poèmes est un hymne de l'amour, le partage et le vivre ensemble. "Ce recueil peut donner à tout lecteur une inspiration pour un monde meilleur", a noté Retnani, ajoutant que la plume est un élément essentiel qui fait réfléchir, rêver, fantasmer et vivre.

Frappé par la pertinence des poèmes de l’écrivain poète Hachimi Idrissi, l’activiste culturel, Younes Ajarai, a quant à lui, souligné qu’il existe une véritable sensibilité qui s’exprime à travers ses écrits.

"La poésie laisse transparaître et transpirer sa sensibilité", a-t-il dit, se disant impressionné par la capacité de Hachimi Idrissi à trouver du temps pour continuer à écrire, et qui, selon lui, s’avère une thérapie extraordinaire.

Auteur en 2005 des "Billets Bleus" chroniques marocaines 1994-2000 paru chez Eddif, Hachimi Idrissi avait également sorti "A la conquête de rien" publié en 2011, chez la Croisée des chemins, puis un recueil de poèmes "Subterfuges" ou les détours des rimes rebelles, en 2012 aux éditions Zanzibar.

Né à Casablanca, Hachimi Idrissi a été rédacteur en chef de Maroc Hebdo International, avant de lancer le quotidien francophone Aujourd’hui Le Maroc (2001). Il était aussi président de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux et du jury du Grand prix national de la presse (2007), outre sa qualité de Grand officier de la Confrérie de Gutenberg.