L'art japonais à Essaouira

5437685854_d630fceaff_b-
437
Partager :

Essaouira - Une exposition inédite d'œuvres artistiques de trois femmes japonaises au talent artistique sublime et raffiné, à savoir Ichiko Inose, Anna Kano et Kamo Takako, se tient jusqu'au 03 décembre prochain à Essaouira.

Visible à la Salle d'exposition "Tayeb Seddiki" à Dar Souiri, cette exposition s'inscrit dans le cadre du programme culturel et artistique mensuel de l'Association Essaouira-Mogador et se veut une véritable fenêtre sur l'authenticité et la singularité du patrimoine de l'Empire du Soleil Levant.

En fait, les langages céramiste d'Ichiko, floral d'Anna et sur papier-washi de Kamo, s'allient en toute symbiose pour convier le public parmi les curieux, à découvrir différentes expressions, à la fois, artistiques et esthétiques, qui révèlent et traduisent l'originalité civilisationnelle du Japon, outre les subtiles expressions et couleurs de la productrice et galeriste Eriko Shiomi, invitée d'honneur de cette exposition.

A ce propos, M. Ahmed Harrouz, membre de l'Association Essaouira-Mogador, a relevé que cette exposition incarne en elle "une musique silencieuse bien sublime" venant du Japon, "l'Empire du Soleil Levant", qui se fait écouter par l’ouverture visuelle et spirituelle à Essaouira, dont les beaux couchers du soleil ramènent la même sérénité, et rappellent par la création et l’histoire, la passion des arts multiples, manifestés dans diverses régions du Royaume du Maroc où la cité des alizés confirme le témoignage...

Et de poursuivre que "dans cette exposition, nous posons d’abord l’originalité du contenu, l’art dans sa dimension authentique et universelle, avant d’exhiber le contenant, l’expression plastique", notant que le choix d'Eriko comme invitée d'honneur est très symbolique en ce sens qu'il s'agit d'une femme sensible à l'expression picturale dans son passage de la nature à la sensibilité humaine. "Il s'agit donc d'une autre valeur ajoutée à la dynamique des activités artistiques que nous organisons et animons à Essaouira, en renforçant la volonté et le plaisir d’échanger culturellement par l’art'', s'est-il réjoui.

Pour sa part, Ichiko Inose a expliqué que dans son travail de céramique, elle part du fait que, en contactant la terre d’abord, c’est avec une sensibilité singulière qu'elle commence à dialoguer avec cette forme de la terre, en transcendant l’apparent et aussi son apparence. "Dans cette exposition, je ressens l’autre harmonie avec les autres artistes et les visiteurs qui découvrent et dialoguent aussi à leur manière", a-t-elle expliqué.

Anna Kano a, quant à elle, relevé que "dans le monde de la nature, nombreuses et différentes choses existent en même temps, mêlant ancien, nouveau, frais, sec, naturel et temps artificiel. J’exprime le petit univers que nous vivons dans mes œuvres, en étant orientée moi-même par ce que m’indique et m’offre la nature dans sa spontanéité, telle une belle leçon universelle".

Kamo Takako a mis en avant, quant à elle, la valeur symbolique du "Wa-Shi" (Wa : Paix et Shi : Papier), faisant observer qu'il s'agit d'un matériau naturel offrant des possibilités illimitées et qui "m'aide toujours à retrouver la paix d'esprit".

"Je pense que continuer à faire travailler mes œuvres avec WA-SHI connecte le monde avec moi en interne. J'aimerais que vous touchiez et ressentiez WA-SHI et mes œuvres, puis j'aimerais partager les sentiments de paix et de calme que je ressens avec vous", a-t-elle conclu.