La production éditoriale au Maroc en hausse

5437685854_d630fceaff_b-
213
Partager :

Selon le rapport annuel de la Fondation du roi Abdul-Aziz Al Saoud sur l'état de l'édition et du livre dans les domaines de la littérature et des sciences humaines et sociales, la production de l'activité éditoriale marocaine a enregistré au titre de 2015/2016 une croissance de 19% par rapport à 2014/2015.

« Le rapport de cette année fait état du maintien des tendances lourdes, notamment les langues ou champs disciplinaires signalées dans le précédent rapport, avec toutefois les premiers signes d’une réelle entrée des revues marocaines dans l’ère numérique, avec 25,35% des numéros recensés », a déclaré le directeur de rédaction du rapport, Mohamed-Sghir Janjar, lors d’une conférence dédiée à la présentation des grandes lignes de ce texte.

S’agissant de la répartition des publications selon les langues, Janjar a souligné que les éditions en langue arabe, qui représentaient 58% de la production au milieu des années quatre-vingts, se situent désormais à 82,5%, faisant remarquer que les publications francophones, avec 394 titres édités au cours de l’année objet de ce rapport, ne couvrent que 14,5% du volume de l’édition marocaine. Quant à la part des publications marocaines en langue amazigh, seconde langue officielle du pays, il a précisé qu’elles stagnent autour de 1,84%, avec seulement 50 titres, relevant que les publications en langues étrangères autres que le français n’occupent qu’une infime part du volume de la production éditoriale du pays, avec 0,66% pour l’espagnol et 0,48% pour l’anglais.

Pour ce qui est de la création littéraire marocaine, il a relevé qu’à l’instar de l’année précédente, la création littéraire occupe une place centrale dans le champ éditorial marocain avec 25% de l’ensemble de la production, faisant observer que ses diverses expressions linguistiques semblent refléter les évolutions culturelles profondes que connaît la société marocaine depuis les années 1980.

Evoquant les études sur le patrimoine juif marocain, Janjar a précisé qu’un ensemble de 9 ouvrages sur les juifs du Maroc fait partie des publications marocaines parues au cours de la période 2015/2016, expliquant que ce chiffre atteste de l’intérêt porté par des jeunes chercheurs marocains au patrimoine judéo-marocain comme composante de l’identité culturelle du pays.

D’autre part, le rapport remarque que la répartition des auteurs, selon le genre, montre que l’écriture et la publication continuent d’être conjuguées au masculin dans 86% des cas malgré l’accès progressif des filles à l’enseignement universitaire, notamment dans les domaines de la connaissance, en l’occurrence les études littéraires, linguistiques, humaines et sociales.

Pour rappel, la Fondation du roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les études Islamiques et les sciences humaines est une institution de documentation et d’animation scientifique et culturelle ouverte au public depuis le 12 juillet 1985.