Lartiste et Hatem Idar à l'ouverture du 2ème festival international d’Ifrane

5437685854_d630fceaff_b-
2165
Partager :

Le chanteur Hatem Idar et le grand rappeur franco-marocain d'origine amazigh Lartiste ouvriront le bal du deuxième festival international d’Ifrane, qui sera initié du 7 au 9 juillet sous le signe "Les Chants des cèdres"

Ce festival, organisé sous le patronage du roi Mohammed VI, invite les grands noms de la musique marocaine, arabe et internationale, précisent les organisateurs lors d’un point de presse organisé à Ifrane.

Parmi ces artistes figurent le grand musicien Abdelwahab Doukkali, la chanteuse égyptienne Sherine Abdelwahab, le chanteur libanais de pop arabe Wael Jassar et la chanteuse maroco-irakienne Shada Hassoun.

Après une première édition axée principalement sur des soirées spectaculaires et la découverte des facettes culinaires du royaume, le programme du 2ème festival propose, en plus des festivités musicales, de nombreuses activités à but culturel ou ludique, relève le président national de l’association Fès-Saîss, Driss Alaoui Mdaghri.

Le festival organisé, par l'association Forum d'Ifrane pour la culture et le développement en partenariat avec l’Association Fès-Saiss, propose ainsi une flopée d’activités dont le forum "Environnement, Montagne et Spiritualité", la découverte de la faune et de la flore locale, l’observation des étoiles, des expositions de peinture, un tournoi et atelier d’échecs, des balades dans la montagne ou encore la "chasse aux déchets", ajoute Alaoui Mdaghri.

Les habitants et les visiteurs de la capitale écologique du royaume seront ainsi au rendez-vous avec des concerts de musique haut en couleurs mettant côte à côte des stars étrangères internationales ainsi que des figures emblématiques et des porteuses du flambeau de la musique marocaine.

Le festival, a-t-il dit, est une occasion propice pour jeter la lumière sur l’importante du paysage culturel et artistique du Maroc « où la diversité est partout célébrée, où la sève des arbres nourrit la créativité et où les vents du désert, de la mer et de la montagne conjugués portent les rêves de ses hommes et de ses femmes au-delà des océans et au sommet des cimes les plus élevées ».

Cette manifestation culturelle est aussi un rendez-vous pour souligner le caractère crucial de la protection de l’environnement, a-t-il ajouté, relevant que le Forum, organisé en partenariat avec l’université Al Akhawayn, s’inscrit précisément dans le questionnement autour de ces aspects pour en faire ressortir la substantifique moelle.

Selon Mdaghri, « plus qu’ailleurs Ifrane est au coeur d’un écosystème diversifié, riche et, pour tout dire, privilégié. Le festival est de nature à contribuer intelligemment à son attractivité, rayonnement et son déploiement ».

Pour Ifrane, forte d'une image reconstruite et d'une renommée reconquise après de gros travaux de réaménagement de son espace urbain, de ses structures d'accueil et de ses sites écologiques, ce festival est une opportunité idoine pour la ville de se positionner parmi les pôles d'attractions mondiaux du tourisme écologique, de la réflexion et de la concentration sportive.