Le site archéologique de Lixus s’ouvre au public

5437685854_d630fceaff_b-
208
Partager :

Le ministre de la Culture et de la communication Mohamed Laâraj a présidé, samedi 20 avril la cérémonie d’ouverture officielle du centre d’interprétation du site archéologique de Lixus, plus ancienne métropole dans le Royaume, et l’un des plus anciens centres urbains de la Méditerranée occidentale.

Étalée sur une superficie de 62 hectares, cette métropole a été construite par les commerçants phéniciens au VIIIe siècle avant J.C., et était active pendant près de 22 siècles, où son existence a traversé les temps passant de l’époque phénicienne (depuis la fin du XIIe s. av. J.-C), à l’époque mauritanienne, et l’époque romaine, puis l’époque tardive et islamique.

Intervenant à cette occasion, Laâraj a noté que l’importance de ce site "nous place devant une grande responsabilité qui requiert une approche appropriée pour préserver son authenticité au profit des générations futures", ajoutant que l’inauguration de ce site "ouvre une nouvelle ère dans la gestion des sites archéologiques".

Le ministre a annoncé que le département de la culture s’apprête à lancer une consultation nationale sur le patrimoine culture afin de "recueillir et analyser les conceptions, aux niveaux central, régional et local, avec la participation de tous les acteurs (…) dans l’objectif d’élaborer une vision qui réponde aux exigences de la gestion moderne de notre patrimoine culturel, conformément aux Hautes Orientations Royales".

L’ouverture du centre d’interprétation du site de Lixus a été marquée par le vernissage d’une exposition de photos du site et d’objects archéologiques découverts dans ce lieu historique, qui permettra, selon un communiqué du ministère, de faire connaître la gloire de cet ancien centre jadis flamboyant et détenteur des secrets d’un passé glorieux.

La cérémonie s’est déroulée en présence du gouverneur de la province de Larache, du président du Conseil de la ville, d’un représentant du Conseil régional, de parlementaires de la région, de chefs de services extérieurs et d’élus locaux.