Les galeries de l’institut français accueillent les œuvres de Abdeslam Lahrach

5437685854_d630fceaff_b-
270
Partager :

L'artiste peintre marocain Abdeslam Lahrach expose, jusqu’à la fin du mois d’avril courant, ses œuvres dans les galeries de l'institut français de Fès.

Ce natif de Fès propose en effet un travail axé sur les oppositions entre le "positif" et le « négatif », le « plein » et le « vide », « l'énergie » et « l'inertie », ainsi que le « visible » et l'"invisible". Son originalité est dans l’infinitude qui la rend éternelle, et c’est là que réside l’une des lois de la beauté.

Selon le critique Hassan Idbrahim, cité par un communiqué de l'Institut français de Fès, Lahrach essaye, à chaque fois, d’inventer des lois de beauté et de les réinventer, les créer et de les recréer, en adoptant des géométries très apaisantes pour l’âme.

Ce sont des géométries qui ont des connotations très spirituelles afin de faire vibrer cette dernière (l’âme) en y laissant une trace, en signe d’empreinte esthétique, qui la marquera à jamais, indique Idbrahim.

Et d’ajouter que l’œuvre de l’artiste est à visiter dans sa complétude et son incomplétude, dans sa construction et sa destruction… tout cela se passe dans un engrenage artistique infini.

Dans ce travail, Abdeslam Lahrach exploite des matériaux divers et multiples. Fils de fer, papier, bois, tissus, cordes,… autant d’objets triviaux, mais porteurs d'une histoire dans leur relation à l’Homme.

Ces objets d’abord abandonnés ici et là sont, par l’intervention de l’artiste qui les a glanés, sélectionnés puis assemblés, transcendés à travers le processus d’interprétation auxquels ils sont soumis, porteurs désormais d’une forme nouvelle « anthropomorphique, fétichiste, talismanique », relève Idbrahim.

Pour la démarche artistique, l’artiste a fait savoir qu’il s’agit d’un langage qui ne peut être substitué par les mots. "Elle offre au spectateur des sensations fragmentées de l'univers et crée un espace virtuel imaginaire".

Selon le servie culturel de l’Institut français de Fès, organisateur de cet événement artistique, Lahrach possède des critères et des paramètres extrêmement expressionnistes qui sont l’amplitude des écritures plastiques dont le souci majeur est d’analyser l’existence et d’exprimer, ainsi, un regard croisé sur un quotidien sans fard et une mémoire ancestrale.

Les œuvres de Lahrach donnent de la lumière et révèlent des symboles et des signes qui sont autant de repères pour le regard et la mémoire.