Mawazine 2017 : la musique gnaouie est un hymne à la tolérance et au vivre-ensemble

5437685854_d630fceaff_b-
252
Partager :

La musique gnawa consacre les valeurs de tolérance et de coexistence  prônées par l’art, à travers sa fusion avec des genres musicaux mondiaux tels le jazz, blues et reggae, a affirmé, lundi 15 mai à Rabat, l'artiste Hamid El Kasri.

L’art Gnawa a conquis les cœurs des mélomanes, à travers le monde à la faveur de ses spécificités qui puisent ses racines de l’Afrique, a relevé Maalem Hamid El Kasri lors d'une conférence de presse avant son concert à la scène de Salé dans le cadre de la 16ème édition Mawazine rythmes du Monde.

L’artiste qui revient d’une tournée artistique aux Etats-Unis, a ajouté que cet art a permis de faire connaitre les multiples facettes de la culture marocaine, notant que la fusion de l’art gnawa, qui se distingue par ses costumes uniques, ses instruments musicaux et ses paroles, avec d’autre styles musicaux produit un mélange musical unique qui remporte un franc succès auprès des étrangers.

Hamid El Kasri qui appartient à l’école traditionnelle de gnawa, a affirmé aider les jeunes fans de cet art et rester accessible aux apprentis pour tout conseil ou orientation, indiquant que les réseaux sociaux ont rendu facile cette tache.

Evoquant son fils Hossein dont le talent unique dans tagnawit suscite la curiosité des réseaux sociaux, l’artiste El Kasri a souligné qu’il veille à lui transmettre les bases de cette musique, formulant le vœu de voir Hossein prendre le flambeau

De son côté, le jeune artiste Mehdi Nassouli, s’est dit fier de se produire à Mawazine aux côtés de ses idoles maâlems El Kasri et bakbou, doyens de la musique gnawie.

L’art de Gnawa qui s’adresse en premier lieu à l’esprit avant l’oreille, se singularise par des rituels enrichis par les maalems au fil des ans, a-t-il ajouté, notant que la jeunesse doit jouer son rôle dans la préservation de ce patrimoine culturel et cet héritage artistique face à l’apparition de nouvelles tendances musicales.

La scène marocaine de Salé consacre la soirée de lundi à l’art Gnawa avec à l’affiche les maâlems El Kasri et Bakbou et le jeune Mehdi Nassouli.

Placée sous le patronage du roi Mohammed VI, la 16ème édition du festival Mawazine, organisé par l'association Maroc-Cultures, prévoit des concerts hauts en couleurs proposant un véritable feu d'artifice de styles musicaux et de rythmes.

Neuf jours durant, les six scènes du festival (OLM-Souissi, Nahda, Salé, Théâtre National Mohammed V, Bouregreg, et Chellah) seront le théâtre de rencontres inoubliables entre des fans exaltés et les plus grandes stars de la musique.