Mawazine 2017 rend hommage aux chants des îles du monde à la scène du Chellah

5437685854_d630fceaff_b-
384
Partager :

Le site du Chellah rendra hommage aux chants des îles du monde entier dans le cadre de la 16ème édition du festival Mawazine Rythmes du Monde (12-20 mai), a annoncé, ce mardi 18 avril, l'association Maroc-Cultures, initiatrice de cet événement.

Le Chellah accueillera ainsi une programmation spéciale qui célèbre les musiques du bout du monde, de La Réunion à Ilha Grande en passant par Marmara et la Martinique, précise le communiqué de Maroc-Cultures.

Au programme, des concerts inoubliables au cours desquels le public découvrira des répertoires, parfois ancestraux, qui n’ont rien perdu de leur force, de leur audace et de leur mystère, ajoute la même source.

Le concert d’ouverture de la scène du Chellah verra se produire samedi 13 mai la chanteuse Chypriote Vakia Stavrou qui porte dans sa musique un héritage de sonorités et de couleurs chaudes rappelant son origine : la Méditerranée.

Considérée comme une voix envoûtante et déchirante par la presse, Vakia a un timbre qui ne peut être décrit en quelques mots. Meilleure révélation de la chanson world, elle enchaîne les concerts et les sorties d'albums et signe de nombreux titres originaux. Son univers musical mélange le fado, la chanson grecque, la nouvelle vague et le jazz.

Le lendemain, dimanche 14 mai, Justin Vali de Madagascar All Stars offrira une performance inédite de la valiha, une cithare tubulaire en bambou emblématique de la grande île et dont il est un virtuose. Sa sonorité résonne comme un mélange de harpe, de kora et de clavecin.

Lundi 15 mai, la formation Maqâm Roads, composée du chanteur turc Aburrahman Tarikci et le violoniste tunisien Zied Zouari, initiera le public aux différents univers du Maqâm dans le contexte de l’île de Marmara, creuset des effluves musicales venues d’ailleurs : Tba’ de Tunisie, Raga d’Inde, Gnawa du Maroc.

Chicuelo & Marco Mezquida, venus des Baléares, proposeront mardi 16 mai la réunion de deux personnalités artistiques dans un mélange marqué par l’authenticité, l’admiration mutuelle et une dévotion complète à la musique. Il a partagé la scène avec des musiciens, comme Chano Domínguez, et collaboré avec la pianiste Maria João Pires.

Mercredi 17 mai, Agathe Iracema, originaire d’Ilha Grande au Brésil, déclarera son amour pour le jazz et la musique brésilienne.

Jeudi 18 mai, c’est Stella Gonis, chanteuse, danseuse et tanbouyée de Bèlè, une musique traditionnelle de Martinique, qui bercera les festivaliers par ses rythmes ancestraux.

Le lendemain, vendredi 19 mai, c’est La Réunion qui sera à l’honneur avec Saodaj’, un groupe emblématique de la nouvelle génération d’artistes ayant repris le flambeau du brûlant maloya.

Pour la soirée de clôture, la scène du Chellah accueillera, samedi 20 mai, Elida Almeida du Cap Vert.

Créé en 2001, le festival Mawazine Rythmes du Monde est le rendez-vous incontournable des amateurs et passionnés de musique au Maroc. Avec plus de 2 millions de festivaliers pour chacune de ses dernières éditions, il est considéré comme le deuxième plus grand événement culturel au monde, selon les organisateurs.