Mawazine : Niska et Damso enflamment l’OLM Soussi

5437685854_d630fceaff_b-
824
Partager :

Mawazine a connu pour sa quatrième journée l’affluence des grands jours avec la venue de deux des plus grands représentants du courant hip hop français : Niska, 24 ans, collaborateur de Maître Gims et rappeur le plus talentueux du moment, et Damso, repéré par Booba et dont la carrière a décollé dès 2015

Devant les festivaliers, les deux stars montantes ont fait la preuve de leur talent de showmen en livrant pendant plus d’une heure et demie des compositions aux influences diverses.

Au Bouregreg, c’est une autre figure, venue du reggae, qui a scotché le public. Né à l’est de Kingston, Chronixx, alias Jamar McNaughton, a fait irruption sur la scène mondiale il y a quatre ans avec la sortie de son EP Dread & Terrible et sa première apparition sur le fameux The Tonight Show avec Jimmy Fallon sur NBC. Depuis, l’artiste remplit les salles aux quatre coins du monde. Ce fut le cas à Rabat avec sa prestation qui n’a laissé personne indifférent.

Ce même soir, toujours au Bouregreg, c’est la révélation du festival We Love Green, le duo parisien Tshegue, composé de Faty et Dakou, qui a été l’une des sensations musicales du moment. Entre rythmes afros, rock et transe, le groupe a proposé une musique en phase avec notre époque, racontant entre les lignes la modernité urbaine et le terreau ancestral dans une transe insensée qui a touché le corps et l’âme des festivaliers !

Sur la scène orientale de l’espace Nahda, ce sont les stars égyptiennes Bosy et Mohamed Hamaki qui ont fait le show en entonnant leurs plus grands tubes, tandis que la scène marocaine de Salé a réuni Lahoucine Aït Baamrane, Zakaria Ghafouli et le très attendu Aziz Al Maghribi !

Venu d’Argentine, le célèbre guitariste Fernando Pablo Egozcue, a quant à lui merveilleusement combiné le répertoire classique et les influences du jazz et de la musique contemporaine à l’occasion d’un concert très suivi au Théâtre National Mohammed V.

De cordes, il a aussi été question au Chellah, où Amir John Haddad a mis à l’honneur les chants du flamenco en pratiquant avec virtuosité la guitare mais aussi le oud, le bouzouki, le saz turc, le banjo ou encore la basse. Au programme : de flamboyantes histoires aux sons virtuoses accompagnées de la voix puissante d’Eva Duran.

Pour ce quatrième jour, Mawazine a aussi continué d’investir les rues de Rabat avec les spectacles de superbes troupes marocaines : Timing Boys, qui a réuni une dizaine de percussionnistes sur des rythmes effrénés de samba, hip hop, salsa, house et chaâbi, et Groupe Soleil, composée d’acrobates et d’échassiers formés à l’Ecole Nationale de Cirque Shems’y !