Pourquoi haïssent-ils tant les Soufis ?

5437685854_d630fceaff_b-
1990
Partager :

Le soufisme réel est un danger pour toutes les options structurées des religions. Il fait de la relation à Dieu, une relation purement individuelle

L'attentat du Sinaï a réveillé un vieux schisme dans la galaxie de l'Islam. Les explications sur les choix d'alliances tribales ont probablement du sens. De la même manière qu'au Maroc on a tenté de disqualifier le Soufisme, parce que des Zaouïa ont affrontés le pouvoir central pendant des siècles, et pour certaines ont profité avec le protectorat. C'est une ironie de l'histoire, le soufisme est combattu pour des positionnements politiques, ce qui est tout à fait contraire à son essence même.

En fait le soufisme réel c'est celui d'Ibn Rumi, d'El Hajjaj, repose sur un seul concept : l'amour. Le vrai soufi EST dans une relation fusionnelle avec son Dieu, ou pour prétendre à une gratification, le paradis, il le contemple, le chéris, dans toutes ses manifestations, il l'adore parce qu'Il est le suprême, le beau, le magnifique.

Cette vision de l'islam, de la même manière que l'église a combattu les mystique, est intolérable pour les doctrinaires, et encore moins pour la Salafiya Jihadya.

L'islam a construit un état, la religion est devenue le moyen de contrôler politiquement des populations, des races, des cultures diverses. C'est un fait historique rarement pris en compte dans le développement de la pensée islamiste.

Hamed El Ghazali a écrit :"ce qui rapproche l'homme de Dieu c'est la peur et non pas la raison" le musulman se soumet à Dieu pour ne pas aller en enfer. La peur de l'au-delà, cette angoisse aussi vieille que l'humanité y trouve sa plus grande instrumentalisation. La soumission à Dieu devient soumission à ses représentants sur terre. Le même Ghazali reconnaît qu'il a été un mercenaire de la fatwa et qu'il a plus servi les régnants que son Dieu.

Le soufisme réel est un danger pour toutes les options structurées des religions. Il fait de la relation à Dieu, une relation purement individuelle, quasi charnelle, si prosélytisme il y a il ne peut être qu'en faveur de l'amour et non pas d'organisation sociale ou politique, cette approche serait soluble dans toutes les laïcité du monde.

La religion privatisée individualiste, avec cette magnificence de l'élévation de l'âme est juste intolérable pour tous les courants qui croient que l'islam doit régenter l'espace public. La Salafia Jihadiya ne peut pas souffrir leur existence ils représentent à ses yeux le mal absolu, celui d'un croyant qui ne veut d'un destin commun et qui ne veut partager que de l'amour. Mais lecteurs, pas de panique je suis toujours areligieux, je respecte la dévotion des soufis à l’amour, je leur rends justice et je m'arrête là.