Rabat: Une 4ème Nuit de la Poésie sous le signe de la palpitation de la mémoire

5437685854_d630fceaff_b-
302
Partager :

Rabat - L'Institut français de Rabat a organisé, samedi, la quatrième Nuit de la poésie, un événement placé cette année sous le signe de la palpitation de la mémoire et de la force résistante qu'est la poésie.

Cette quatrième édition a connu la participation de nombreux poètes et écrivains, accompagnés d’artistes de toutes disciplines, qui "conjuguent de nouveau leurs sensibilités à travers des rencontres audacieuses et surprenantes", selon les organisateurs.

Elle se tient en écho à la Nuit de la Poésie de l’Institut du Monde Arabe à Paris qui, après avoir accueilli l’hébreu, le persan et le turc, prendra en 2019 une coloration africaine, puisqu’elle fera entendre les langues africaines de pays limitrophes au monde arabe : Sénégal, Mali, Tchad, Ouganda, Niger et République centrafricaine.

"La nuit de la poésie a commencé dans un contexte difficile. Il s'agissait de commémorer le 1-er anniversaire des attentats de Paris du 13 novembre 2015", a déclaré le directeur des instituts français de Rabat et Kénitra, Pierre-Hubert Touchard.

Dans ce sens, l'institut du Monde Arabe de Paris a proposé de faire appel aux "mots" pour faire face aux "maux", a souligné M. Touchard, faisant savoir que cette initiative est un appel à l'ensemble des pays du monde arabe à s'opposer à cette violence.

Le responsable a, par ailleurs, relevé que la poésie ne s'explique pas uniquement par des "mots", mais aussi par des actes, des gestes et des échanges entre les personnes.

"La nuit de la poésie appartient avant tout aux amateurs", a-t-il insisté, expliquant qu'à cet égard, plusieurs dizaines de personnes prévoient de prendre le micro pour présenter leurs œuvres sur scène.

Le programme de cet événement prévoit, notamment, des lectures poétiques de différents types et expressions artistiques (poésie, prose, Rap, Slam…), un atelier d'écriture, une exposition d’ouvrages poétiques et une table ronde sous le thème "La place de l’Art Oratoire dans nos sociétés ?".