Tanger à la découverte de ''Núba Al-Istihlál'' du Dr Omar Metioui

5437685854_d630fceaff_b-
602
Partager :

L’Académie du Royaume du Maroc a publié en fin 2018 un livre intitulé « Núba Al-Istihlál, Historique Analyse et Transcription » écrit par le musicologue Omar Metioui, président de l´association Confluences Musicales.

Pour célèbrer cet évènement, l’Association « Confluences Musicales » organisera la présentation du livre au Palais « Moulay Hafid » de Tanger, le samedi 9 mars à 16 heures. Parmi les activités de cette rencontre, une conférence sous l’égide de l’Académie du Royaume du Maroc représentée Abbas Jirari.

Abdelaziz Ben Abdeljalil, chercheur en musique et vice- président de l’Académie arabe de musique, Nabil Ben Abdeljalil, musicologue  enseignant à l’université de Casablanca et Omar Metioui, auteur du livre, musicien-chercheur et chef d’orchestre animeront la conférence qui sera modérée par Azzeddine Chentouf, enseignant à Tanger.

Cette conférence sera suivie du vernissage de l’exposition de photos sous l’intitulé,  Maîtres d’ Al-Ála au Maroc. Cette collection photographique célèbre la mémoire de maîtres et musiciens de rnom, détenteurs du patrimoine musical, à une époque où n’existait aucun système de graphie ou d’enregistrement sonore.

En clôture de l’évènement, un concert sera offert par l’orchestre « Rawáfid » qui jouera des passages de « Núba Al-Istihlál » sous la direction de maître Omar Metioui.

«  Núba Al-Istihlál » ou l’histoire de la musique arabo-andalouse

«  Núba Al-Istihlál »  est le premier livre de musique édité par l’Académie du Royaume du Maroc en langue française. Cette démarche constitue un atout et une valeur ajoutée pour sa diffusion à l’échelle internationale.  Ce livre constitue un outil de travail didactique pour ceux qui voudraient connaître les trésors dont regorge la musique arabo-andalouse du Maroc ou al-Ála.

L’utilisation de deux langues dans ce travail, le français et l’arabe le rend accessible aussi bien aux francophones qu’aux arabophones. Cet ouvrage rassemble, pour la première fois en langue française, l’histoire de la musique arabo-andalouse, sa théorie ainsi que la transcription de l’intégrale d’une núba.

L’ouvrage se décline en deux parties avec un total de 526 pages. La première partie, 140 pages, s’ouvre avec le prologue du distingué docteur en musicologie, le tunisien Mahmoud Guettat, et contient huit chapitres en langue française. L’auteur donne au premier chapitre un aperçu sur l’historique de la musique arabo-andalouse suivi d’un petit chapitre expliquant la translittération et son importance pour une bonne interprétation d’al-ála.

Au troisième chapitre, l’écrivain insiste sur le choix des textes en s’appuyant sur la vulgate d’al-ála, le fameux kunnásh al-Háyek et fait connaître les auteurs des textes de cette núba. Le quatrième chapitre s’attarde sur la structure de la núba marocaine; quant au cinquième, il s’attaque à l’un des piliers de la théorie musicale, à savoir, les modes appelés tab’ au maghrib (Occident musulman) et maqám au mashriq (Orient musulman).

Le sixième chapitre vient compléter la théorie musicale en expliquant la rythmique désignée comme mizán ou íqá’. Un autre chapitre capital de l’ouvrage, le septième, traite de l’instrumentarium arabo-andalou. Il s’agit de la famille des instruments utilisés pour interpréter la musique arabo-andalouse depuis ses origines. Au dernier chapitre, le huitième, le musicien se livre aux règles de l’interprétation. Après la conclusion viennent le lexique, la bibliographie et la discographie.

La deuxième partie de l’ouvrage, plus imposante avec 362 pages, retranscrit toutes les pièces instrumentales et chantées de la núba. Par ailleurs, le livre renferme une petite introduction en langue arabe préfacée par l’éminent littéraire et membre de l’Académie du Royaume du Maroc, le Dr Abbas Jirari.  

Qui est Omar Metioui ?

Omar Metioui est un musicien chercheur de Tanger. Né en 1962, il fait ses premières classes au conservatoire de musique de Tanger auprès des maîtres traditionnels comme Cheikh Ahmed Zaitouni, Muhammed Al-Arbi Al-Mrabet, Mohamed Ben Al-Arbi Temsamani et Moulay Ahmed Loukili.

Dans le domaine de la recherche, il sera influencé par des auteurs comme Mahmoud Guettat, Abdelaziz Ben Abdejalil, Younes Chami, Jacques Chailley, Patrocinio Garcia Barriuso, Alexis Chottin. Il a décroché les deux prix décernés par le ministère de la Culture, institution qui dirige les conservatoires de musique au Maroc, avec mention d'excellence.

Puisant dans les deux cultures orientale et occidentale, il encourage le maintien de l'équilibre entre les tendances orale et écrite de la musique. En outre, il refuse énergiquement l'intronisation des instruments à son fixe, l'adoption du tempérament égal et les influences du "quart de ton ou diésis", venus respectivement d'Occident et d´Orient.

En 2004, et grâce à la collaboration avec le luthier espagnol Carlos Paniagua, Dr Metioui participe à la reconstruction du luth marocain baptisé Ud ramal et le réintègre avec succès à l'orchestre traditionnel. Il publie divers articles dans des revues internationales et des livres collectifs en Espagne, en France et au Maroc.

Le Dr. Omar Metioui a participé à plusieurs festivals à travers le monde et il a donné des conférences et organisé des ateliers de musique.

En 2016, et à l´occasion de 3Constantine Capitale de la culture Arabe », un hommage lui a été rendu par le ministère de la Culture d'Algérie sous l´égide du Président de la République.

Toujours en 2016, il a obtenu le Prix Ziryab octroyé par le CMAM ( Centre des musiques arabes et méditerranéennes) MED 21 et JMC ( Journées musicales de Carthage) à Tunis. Parallèlement à son parcours musical, Omar Metioui a décroché un diplôme en sciences pharmaceutiques à l’Université libre de Bruxelles et exerce le métier de Docteur pharmacien à Tanger.

Rappelons que l’association "Confluences Musicales" a été fondée en 2004 et dirigée par le docteur Omar Metioui, musicien de renommée internationale, cette association relance son projet autour d'une thématique musicale qui associera les deux rives de la Méditerranée.

Depuis sa création jusqu'à aujourd'hui, l'association a réalisé plusieurs activités ; de la théorie à la pratique musicale, des sessions d'écoute hebdomadaires aux concerts à l'échelle du grand public, des conférences et colloques aux festivals internationaux, des articles et commentaires dans des publications spécialisées à la construction des instruments de musique, ainsi que des réunions et contacts avec d'autres entités culturelles de Tanger, du Maroc et de l'étranger, l'association oeuvre pour faire aboutir son projet dans un Tanger en plein renouveau.