Théâtre : La fille qui…, le drame du corps féminin doublement violé

5437685854_d630fceaff_b-
443
Partager :

« Si le texte est choquant, la réalité qu’il décrit l’est encore plus » Mounia BELAFIA

"La fille qui…" est la nouvelle pièce de théâtre de l’écrivaine et journaliste Mounia BELAFIA.

Publiée aux éditions Les Mandarines en France, la pièce raconte l'histoire de Aïcha, une fille qui a tout perdu, suite à un viol.

Accompagnée de sa mère, Aïcha va chercher justice auprès de la police. Mais sa jeunesse, sa beauté, son travail, son pantalon serré, son parfum haut de gamme, sa propreté, bref, son existence en tant que femme, font d’elle la coupable. C’est un drame du corps féminin doublement violé.

Mounia BELAFIA est écrivaine et journaliste. Titulaire d’un doctorat en cinéma et audiovisuel de la Sorbonne nouvelle Paris III et d’un master II, spécialité « Arts de la scène », de Saint-Denis université, Paris. Actuellement journaliste à Radio Monte Carlo Doualiya, elle a travaillé pour différents médias de la presse écrite et audiovisuelle, tels que France 24, Alarabiya, Almajalla Magazine.

Elle a reçu le Prix de la presse arabe à Dubaï (2002), et le prix Nazek Lmalaika de la nouvelle à Baghdad, (2012).

Syndicaliste et militante associative, elle est la coprésidente du conseil du genre à la Fédération internationale des journalistes et la vice-présidente de l’Alliance mondiale genre et médias (AMGM) crée par l’UNESCO.

Parmi ses publications, un collecte de nouvelles en langue arabe intitulé: « Une poupée et un cercle » (Doumya wa daiira » publié en 2016 chez les éditions Slaiki Ikhwan, Tanger. Deux pièces de théâtre en langue arabe « Des couples et des masques » ( Azwaj wa akniaa), éditions Marssam, 2013. Une étude intitulée : « L’image des femmes dans les médias », éditions Toubkal, 2008, ainsi que des rapports pour des organisations internationales et régionales, telles que l’UNIFEM, l’UNESCO, l’UE, la FIJ... sur le genre et médias, les médias et la déontologie.