A Laftit : Le taux de lancement effectif des projets dépasse 40% pour les trois régions du sud

5437685854_d630fceaff_b-
334
Partager :

Cette réalité met en porte-à-faux les allégations des "ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume qui ont tenté en vain de mettre en cause notre détermination ferme à réaliser ce programme

Le taux de lancement effectif des projets inscrits dans le cadre du nouveau modèle de développement des provinces du sud a dépassé 40% pour les trois régions du sud et 50% au niveau de la région de Laâyoune-Sakia-El Hamra, a annoncé, lundi à Laâyoune, le ministre de l'Intérieur, Abdelouafi Laftit.

"Le taux de lancement effectif global des travaux a dépassé 40% pour les trois régions du sud, et 50% dans la région de Laâyoune-Sakia-El Hamra, ce qui illustre que le processus d’intégration économique et sociale de nos provinces du sud est irréversible", a souligné M. Laftit qui s’exprimait lors d’une réunion du comité de pilotage et de suivi de la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des provinces du sud.

Cette réalité met en porte-à-faux les allégations des "ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume qui ont tenté en vain de mettre en cause notre détermination ferme à réaliser ce programme", a-t-il noté.

Le ministre a assuré, dans ce sens, que toutes les mesures financières et techniques ont été prises pour la réalisation de ce programme ambitieux, précisant que ce modèle de développement prévoit la réalisation, au niveau de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, de 254 projets pour un coût global de plus de 40 milliards de dirhams, dont la contribution de l’Etat s’élève à 29 milliards de dirhams, alors que le secteur privé participe à hauteur de 9,5 milliards de dirhams et la région avec 1,9 milliard de dirhams.

Il a indiqué que cette rencontre du comité de pilotage et de suivi de la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des provinces du sud intervient suite à la réunion, tenue en juillet dernier à Rabat par ledit comité qui avait décidé de se déplacer à Laâyoune, Dakhla et Guelmim pour évaluer l’état d’avancement des projets programmés dans le cadre du nouveau modèle de développement des provinces du sud.

Un investissement de 77 milliards de Dhs

Le ministre a relevé que le modèle de développement des provinces du sud, lancé depuis Laâyoune par le Roi Mohammed VI à l’occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte, constitue un véritable levier pour l’accélération de la régionalisation avancée dans les régions du Sahara marocain, en puisant son référentiel dans la Constitution de 2011.

La mise en œuvre de ce modèle permettra d’ouvrir des perspectives prometteuses pour l’ensemble des régions du sud du Royaume, aussi bien dans le domaine économique que social au regard des projets d’envergure initiés dans les domaines des infrastructures, de la santé, de la formation, de l’industrie, de l’agriculture, de la pêche maritime, et dans d’autres secteurs, pour un investissement de l’ordre de 77 milliards de dirhams, a-t-il poursuivi.

Ce modèle, a indiqué le ministre, s’assigne pour objectif de créer une dynamique socio-économique capitalisant sur les potentialités de la région et ses caractéristiques avec la participation efficace de la population des provinces du sud.

Il vise également la réalisation d’un développement responsable et durable en vue d'assurer l’équilibre entre, d’une part, la création des ressources, et plus particulièrement la création d’emplois au profit des jeunes et porteurs de diplôme, et d’autre part, l’aménagement territorial durable et la protection de l’environnement. Il s’appuie sur le principe de cohésion sociale et la promotion des cultures régionales et locales, a-t-il expliqué.

Il a rappelé, à ce propos, que ce programme s’articule autour d’un nombre d’axes, dont les infrastructures routières, les aéroports, les énergies renouvelables, les installations hydriques et de protection contre les inondations, la qualification urbaine, l’eau potable et l’assainissement liquide, l’éducation et l’enseignement, l’agriculture et la pêche maritime, le tourisme et la valorisation des ressources en phosphates.

S’agissant des projets relatifs à la qualification urbaine dans le cadre du programme de développement intégré de la région de Laâyoune-Sakia-El Hamra, ils concernent les communes de Laâyoune, El Mersa, Dchira, Boucraa, Foum El Oued et Smara, a-t-il dit, précisant que ce programme comporte 70 projets dont le coût global est estimé à 1.625,44 millions de dirhams.