500 millions de dollars de la BM pour l’accès à l’éducation préscolaire, un secteur qui peine

5437685854_d630fceaff_b-
284
Partager :

Marie Françoise Marie-Nelly, directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb n’y va pas par quatre chemins : "En moins de 20 ans, et c’est une réalisation remarquable des OMD, le Maroc a généralisé l'accès à l’éducation pour les filles comme pour les garçons. Mais en termes d’acquis scolaires, le pays peine à décoller. »

Cette déclaration faite à l’occasion de l’annonce par la Banque mondiale du lancement d’un nouveau programme doté de 500 millions de dollars en soutien aux autorités marocaines pour l’extension de l’accès à l’éducation préscolaire de qualité, renforcer de manière significative les aptitudes et les compétences des enseignants et renforcer la gouvernance du secteur, donne sans ambiguïté le ton sir l’état des lieux.

Le nouveau Programme d’appui au secteur de l’éducation au Maroc interviendra, selon la BM sur les principaux axes de ce plan d’action gouvernemental 2015 -2017 est pour permettre la transformation du secteur et renforcer le capital humain des enfants du Royaume, annonce un communiqué de l'institution internationale.

Ce nouveau programme renforcera l’efficacité du secteur éducatif en améliorant l’accès à une éducation pré-primaire de qualité pour tous, en investissant dans une formation de qualité pour les enseignants et en prônant une approche locale des défis liés à la qualité de l’éducation et à la direction des établissements scolaires. Cette stratégie, inspirée des meilleures pratiques, instillera un changement de paradigme dans le secteur afin de conduire sa transformation et de construire le capital humain de demain."

Malgré l'accès primaire universel, en 2017, 50% seulement des enfants âgés de 4 et 5 ans fréquentaient des structures pré-primaires. Indispensable pour préparer les enfants à apprendre, l’accès à une éducation préscolaire de qualité est au cœur du nouveau programme.

Grâce à des interventions ciblées, il s’agit d’installer des conditions propices à une offre d’éducation de la petite enfance de qualité, conformément à la volonté des autorités d’universaliser l’éducation pré-primaire à l’horizon 2027.